Minima… listes

Quel sentiment votre liste de choses à faire éveille-t-elle? 

Pour ma part, j’ai un rapport amour-haine avec elles. Amour, car elles libèrent l’esprit et m’ont permis d’atteindre des objectifs. Haine, car elles sont une obligation sans fin. 

Julie, qui aime bien rire de ma manie de faire des listes, a suggéré que je partage avec vous mes idées sur cet outil de vie. J’irai même faire une incursion au théâtre – oui, il y a une pièce à ce sujet!

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): La Bûddha affaire (version maxi) par Indochine

Trouver l’équilibre

Mon obsession pour les listes de tâches a commencé à l’école secondaire. J’avais de la difficulté à m’endormir parce que je pensais à tout ce que je devais faire pour mes cours et pour les activités parascolaires dont j’aidais à l’organisation. J’ai donc eu l’idée de garder un calepin et un crayon à côté de mon lit. Ensuite est venu l’éclair de génie de les écrire avant de me coucher! Je pouvais alors m’endormir sans problème. Depuis, je n’ai jamais arrêté de faire des listes; elles m’ont certainement rendu de grands services.

Leurs bénéfices sont nombreux. En vous évitant d’oublier de faire quelque chose, elles peuvent vous épargner des dépenses inutiles plus tard en temps ou argent, d’où l’intérêt d’en parler dans un contexte de minimalisme. Elles permettent de réduire votre stress en organisant vos idées et en libérant votre mémoire. Elles vous aident à atteindre des objectifs, que ce soit pour le travail, votre demeure ou votre développement personnel. Enfin, elles procurent un certain plaisir quand vient le moment de rayer ou cocher les tâches accomplies.

Mais elles peuvent devenir une obsession. Avoir une liste qui ne se termine jamais peut être une source de stress. Il est important de se dire que tant qu’on est vivant, il y aura toujours quelque chose à faire. Il s’agit d’établir des priorités et bien équilibrer le temps entre les tâches et les activités qui ne sont pas sur la liste.

Des articles cités ci-dessous adressent ces deux côtés de la médaille.

Le meilleur système

Il y a de nombreuses façons de faire une liste de choses à faire; voici quelques exemples:

  • Simple liste de tâches
  • Tâches selon des catégories de priorités
  • Liste avec échéances
  • Liste organisée par objectifs
  • Le pot de biscuits (on écrit chaque tâche sur une petite bande de papier et on les pige au hasard)
  • Etc.

Julie a un système qui consiste à écrire:

  • Une liste complète des choses à faire
  • 3 choses à faire aujourd’hui
  • La liste en attente : elle attend, par exemple, une confirmation par courriel ou qu’une étape soit complétée par une autre personne (moi?)

Quel est le meilleur système? C’est celui qui fonctionne pour vous. 

Le but est d’augmenter la probabilité d’accomplir les tâches. 

Pour voir quelques astuces afin de se motiver à atteindre des objectifs, et plus d’information sur le système que Julie emploie, jetez un coup d’œil à son billet Un futur intentionnel.

Pour ma part, mes choses à faire étaient écrites sur de nombreux bouts de papier. Récemment, je les ai consolidées dans un petit carnet (ce qui est évidemment plus efficace), les regroupant par thème (maison, extérieur, blogue, etc.). Je me fais ensuite une liste hebdomadaire (je vous donne un modèle ci-dessous). Quand je travaillais, je me faisais également une liste chaque jour. Je pensais ne plus faire cela à la retraite, mais souvent ça me démange et j’en fais une!

Citation relative aux listes: Il faut viser un bon équilibre entre le temps consacré aux tâches sur notre liste et aux activités qui ne le sont pas. - Michel Gérin. Arrière-plan: petits cailloux sur une plage de sable.

Sur papier ou numérique?

J’ai déjà essayé de mettre toute ma liste dans Outlook. Ça n’a pas duré longtemps; pour moi ce n’était pas efficace. 

Aujourd’hui, je fais mes listes surtout sur papier, mais j’inscris les tâches qui ont des échéances dans un futur plus lointain, récurrentes ou non, dans l’application Rappels d’Apple. J’ai ainsi une alerte qui sonne sur mon téléphone et mon ordinateur. Google a aussi une application pour écrire ses tâches.

En fait, il existe de nombreuses applications de listes. Un article cité dans les ressources ci-dessous vous fournit des suggestions au cas où vous aimeriez en essayer.

Enfin, un truc que j’emploie lorsque je ne suis pas à la maison et qu’une idée me vient en tête, c’est de m’envoyer un courriel. 

Mini, ma liste

Ça ne prend qu’un bout de papier et un stylo pour faire une liste. Mais sa présentation peut avoir un effet sur sa réalisation. Il existe évidemment plusieurs modèles, tout comme de nombreuses vidéos sur YouTube et des formations payantes pour apprendre à mieux gérer son temps.

Dans le Centre de ressources, j’ai ajouté ma petite contribution. C’est le format que j’utilise actuellement pour ma liste hebdomadaire. Je la fais à la main, mais Julie lui a donné une meilleure allure; vous pouvez l’imprimer ou la reproduire. Nous vous proposons quatre variantes; choisissez selon si vous avez plus de choses à y inscrire pour la semaine ou la fin de semaine et selon si vous écrivez gros ou petit (l’imprimer une ou deux fois par feuille de papier).

Ce modèle, que nous avons baptisé Mini, ma liste (pour s’encourager), est organisé ainsi:

Dans la colonne de gauche, vous pouvez soit écrire des rendez-vous et/ou des tâches que vous voulez accomplir spécifiquement cette journée-là. Je trouve qu’écrire ses rendez-vous, même s’ils sont déjà notés dans un calendrier, donne un portrait du temps disponible pour accomplir les tâches, ou ajouter une activité.

Dans la colonne de droite, la case du haut est pour les choses à accomplir cette semaine sans faute, parce qu’elles contribuent à nos objectifs ou parce qu’il y a une échéance. La case suivante est pour toutes les autres tâches.

Image de la fiche mini, ma liste, disponible dans le centre de ressources

La liste au théâtre

Il y a quelques années, nous n’avons pu nous empêcher (rappel que Julie aime rire de mon obsession) d’aller voir la pièce La liste écrite par Jennifer Tremblay. Récompensée du Prix du Gouverneur général (théâtre) en 2008, elle a été présentée à plusieurs reprises au Canada et en France. 

Bien que le sujet pourrait sembler léger, le texte est plutôt sérieux. Sur scène, il y a une seule comédienne qui explique comment, malgré toutes les listes de tâches qu’elle fait, elle a omis d’en faire une qui aurait pu sauver la vie de sa voisine.

Mais je ne veux pas vous laisser sur cette note dramatique. Voici un extrait* de la pièce pertinent à notre sujet d’aujourd’hui; je m’y reconnais bien, et vous?

– Extrait –
La gestion des listes est une activité complexe. Les éléments d’une même liste n’ont pas tous la même importance. Je ne suis pas raisonnable. Mes listes sont interminables. Il y a du superflu. Je veux dire qu’il y a des tâches que j’accomplirais sans les avoir notées. « Lavage », par exemple, est un élément superflu. Le lavage est une obligation qui va de soi. Il y a aussi, sur mes listes, des tâches urgentes. « Acheter lait » est une urgence. « Payer carte crédit » est aussi une urgence. Je ne peux pas me soustraire à ces tâches. Je dois m’y soumettre. Malgré l’humeur des enfants. Malgré ma fatigue. Il y a les tâches amusantes. « Acheter cadeaux ». «Décongeler tarte au sucre ». 

– Suite de l’extrait –
Et puis il y a les tâches flottantes. Les plus compliquées. Elles sont souvent passagères. Ce sont les seules qui disparaissent d’elles-mêmes sans qu’on les ait accomplies et sans que cette négligence ait une quelconque incidence sur le déroulement normal de l’existence. Ce sont des tâches arbitraires. Tiens, sur ma liste d’hier, j’ai écrit « appeler dentiste ». Hier, je trouvais important d’aller au plus vite chez le dentiste. Mes dents étaient trop jaunes, hier. Ce matin, je les trouvais blanches. Assez blanches pour ne pas aller chez le dentiste. Vous voyez, ça dépend des humeurs. 
– Fin de l’extrait –

Je vous souhaite bon succès, et de ne pas trop vous stresser, avec la gestion de vos listes. Faites-nous part de vos astuces… ou comment vous réussissez à vivre sans faire de listes!

Ressources:

Les 10 meilleures applications pour gérer vos to-do lists     

Les 7 grands bénéfices des listes de tâches    

How to tweak your to-do list for your mental health  

*Extrait de La liste : Bibliothèque et Archives nationales du Québec   

Parmi nos billets:

La valeur de ne rien faire     

9 petits trucs pour gagner du temps  

Planifier les repas de la semaine : économie et santé 

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

8 commentaires

  • À notre réveil le matin, mon mari me demande souvent: « C’est quoi ta liste pour aujourd’hui? ». Au courant de la journée, il me dira…: « Coupe ta liste…tu veux trop en faire comme d’habitude. ». Le concept de la liste ajoute certainement de l’efficacité à l’utIlisation du temps à notre disposition et empêche d’oublier un élément prioritaire dans notre journée. Mais avec le temps, j’ai appris à assouplir ou à donner plus de flexibilité à mes listes afin de ne pas vivre une source d’insatisfaction continue, Pour moi, la liste demeure essentielle pour organiser mon temps mais j’évite la rigidité de mes jeunes années. Et je dois aussi ajouter qu’avec ma mémoire de ménopause,…la liste devient une amie, une assistante indispensable qui m’aide à garder mon niveau d’accomplissement au quotidien. En passant, j’aime beaucoup le titre de ce billet!

    • Merci Josée de partager votre rapport aux listes! Vous soulevez un très bon point en parlant d’assouplir ses listes et ses exigences envers soi-même.

  • Salut Michel!!!
    Premièrement, j’adore ton jeu de mots pour le titre de cette chronique qui m’a attiré!!! J’adore l’humour, ça me rend de bonne humeur!!!
    Les listes, je les fais dans ma tête et je les verbalise, au risque de me répéter… À la fin de la journée, je verbalise ma fierté ou non d’avoir accompli mes tâches et je reporte, au besoin, les choses à faire.
    Mini ou manie, les listes??? Ton titre,Michel, m’a vraiment inspirée autant que le contenu très bien documenté de ce sujet.
    Ciao!

    • Merci Lorraine pour ces bons mots! Merci aussi pour cette idée de se féliciter à la fin de la journée de ce que l’on a accompli; je sais que j’ai trop souvent l’habitude de ne penser qu’à ce que je n’ai pas fait.

  • Très intéressant! C’est vrai que même à la retraite, on continue à faire des listes. Merci pour les modèles présentés!

    • Merci pour le commentaire! Nous sommes ravis que les modèles puissent être utiles ou servir d’inspiration.

  • Vous avez raison : il n’y a pas de meilleur système ; il y a celui qui vous convient..
    Quand j”avais grand besoin d’avoir des listes précises et réalisables, j’avais adopté le système A B C

    A doit absolument être fait. Garder le plus court possible
    B ce serait bien de les faire
    C si jamais on a le temps…
    Cela a l”avantage psychologique de se donner bonne conscience même si on ne dépasse que rarement la liste A

    • Merci de partager cette technique pour établir un ordre de priorités; j’ai l’impression qu’on peut l’appliquer, quel que soit le format de notre liste. C’est un bon ajout à notre billet!

Avez-vous lu?

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Abonnez-vous
à l'infolettre

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.