Minimalisme, simplicité volontaire et autosuffisance: similitudes et intentions

Minimalisme, simplicité volontaire et autosuffisance : tant de concepts, tant de similitudes et tant de distinctions. Parfois, à lire des textes, j’en viens à la conclusion que ces différents mouvements et approches à la vie se recoupent beaucoup. Pourtant, chacun a ses particularités. Dans ce billet, je voulais présenter de façon succincte (et peut-être de manière maladroite) les similarités et les spécificités telles que je les perçois. Or, l’exercice s’est avéré plus difficile qu’anticipé. Vous pourrez certainement compléter mes observations en amenant d’autres éléments distinctifs dans les commentaires.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Great Expectations de Guy Bélanger et Claude Fradette

Similitudes: 

Si je m’étais imaginé faire un tableau avec colonnes pour chacun des trois courants, j’ai rapidement abandonné en constatant les principes semblables. Voici ceux qui me sautent aux yeux.

Notion de choix : Dans les concepts de minimalisme, de simplicité volontaire, et d’autosuffisance, les gens s’engagent et choisissent d’embrasser ce mode de vie. Cela correspond à la façon dont ils veulent vivre; ce n’est pas parce que les individus n’ont pas les moyens de vivre autrement, mais bien parce qu’ils décident librement de vivre de cette façon.

Goût d’une vie meilleure : Les passionnés du minimalisme, de la simplicité volontaire et de l’autosuffisance voient dans leur choix des démarches qui permettent d’accéder à une vie meilleure. Si, de l’extérieur, on peut parfois percevoir une vie austère dans le minimalisme, nécessitant des sacrifices dans la simplicité volontaire et du travail ardu dans l’autosuffisance, les adeptes y voient plutôt un gain de temps et d’espace, une vie selon ses valeurs, de la débrouillardise ou une reconnaissance de ce que fournit la nature.

Respect de la planète : Un respect fondamental pour l’environnement et la planète Terre est sous-jacent au minimalisme, à la simplicité volontaire et à l’autosuffisance. Cela se remarque dans la gratitude de ce qu’offre le sol comme nourriture, dans la gestion durable de produits, dans le rejet de la consommation obsolète et du paraître.

Je m’avance peut-être sur le prochain point, mais je crois que tous les individus qui choisissent de vivre leur rêve en optant pour un style de vie plus simple, sont habituellement de bonnes gens généreux dans leur partage de connaissances.

Citation relative à minimalisme, simplicité volontaire et autosuffisance: Les passionnés du minimalisme, de la simplicité volontaire et de l’autosuffisance voient dans leur choix des démarches qui permettent d’accéder à une vie meilleure. Arrière-plan: cerises rouges avec de la neige dans un cerisier.

Particularité: l’intention

Faire l’exercice des particularités est plus difficile que je ne l’avais cru initialement : certains des éléments se recoupent encore une fois et beaucoup de subtilités n’apparaissent pas quand on essaie d’identifier en un court paragraphe des sujets qui peuvent remplir des livres. Si bien que je vais me limiter à ce que je perçois comme la plus grosse différence entre les trois modes de vie, soit l’intention de ces mouvements.

L’intention

Les gens qui adhèrent au minimalisme cherchent à se défaire des biens, des tâches, des engagements qui ne sont pas nécessaires pour eux afin de laisser place à l’essentiel. Cela peut vouloir dire davantage de temps, d’espace et d’argent pour ce qui leur est important. Le minimalisme ne se ressemble pas forcément d’une personne à l’autre puisque l’essentiel des uns peut être le superflu des autres. D’une certaine façon, c’est un mouvement qui est axé sur le bien-être de l’individu.

Les gens qui recherchent la simplicité volontaire souhaitent vivre en harmonie avec leurs valeurs. Cela peut se manifester par une consommation réduite de biens matériaux, un ralentissement général du rythme de vie, une recherche de bien-être et une responsabilité sociale. D’une certaine façon, c’est un mouvement axé sur la richesse intérieure, la communauté et la réduction de l’empreinte environnementale.

Les gens qui visent l’autosuffisance tâchent d’atteindre l’autonomie afin qu’ils puissent vivre par leurs propres moyens. L’autosuffisance peut se réaliser à différents degrés quant à la production de sa nourriture, à la consommation de produits industriels et à l’utilisation de ressources telles que l’électricité et le réseau d’eau. D’une certaine façon, c’est un mouvement lié à l’écologie et à la satisfaction du travail manuel.

Je vous avoue que je termine ce billet, insatisfaite du résultat de mes pensées. Je croyais que l’exercice me permettrait de faire des distinctions nettes à la manière d’un tableau que l’on coche. C’est plutôt des juxtapositions, des croisements, des similitudes qui me sont apparues. Les adeptes de ces trois courants ont peut-être plus en commun que je l’imaginais initialement.

À fréquenter des groupes axés sur le minimalisme, la simplicité volontaire et l’autosuffisance, je n’y vois que du positif. S’il y a des degrés différents d’adhérence pour les individus au sein même des mouvements, c’est que chacun y privilégie certains aspects qui répondent davantage à sa vision d’un idéal de vie.

Et pour vous, quels éléments entrent en ligne de compte?

Pour des lectures sur chacun des courants, les sites suivants sont d’intérêt et vous mèneront à d’autres ressources :

Minimalisme: 

Parmi nos billets :

Minimalisme selon l’objectif

Minimalisme sans comparaison

10 petits bonheurs d’une vie minimaliste

Simplicité volontaire:

Réseau québécois de la simplicité volontaire et en particulier cet article 

Autosuffisance:

Le peuplier

N’hésitez pas à suggérer des liens à d’autres ressources dans les commentaires.

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

5 commentaires

  • Malgré ton sentiment d’insatisfaction après avoir rédigé cette chronique, je trouve au contraire que tu as très bien présenté les 3 concepts ou “mouvements”. Puis, tu as très habilement proposé les ressemblances entre les 3 ainsi que leurs particularités. En tous les cas, je me sens davantage éclairé! Merci.

  • Beau travail de vulgarisation pour démystifier trois concepts qui se côtoient souvent sans qu’on puisse y voir aussi clair. Simplifier l’information est loin d’être une opération simple. Belle réussite! Finalement, je crois avoir des traces des trois mouvements à différents degrés.

Avez-vous lu?

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Abonnez-vous
à l'infolettre

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.