Le plaisir et le bonheur: comment être davantage heureux

Le plaisir ou le bonheur ou les deux? À la recherche du bonheur, certains prennent la route du plaisir. Peut-on interchanger les deux concepts? Quelles différences existe-t-il entre le plaisir et le bonheur? L’un est-il possible sans l’autre? L’un nuit-il à l’autre? 

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Aux champignons par temps clair de Daniel Bélanger

Afin d’explorer avec vous les réponses à ces questions, je vous présente le résultat de recherches scientifiques vulgarisées que j’ai simplifié davantage. Les liens aux recherches originales sont dans la section ressources ci-dessous.

Différences entre le plaisir et le bonheur

S’il y a parfois confusion entre le plaisir et le bonheur, c’est surtout que les deux sont des émotions positives et agréables. De plus, comme c’est le cas pour le désir et le besoin, le marketing de consommation emploie le mot bonheur à toutes les sauces afin d’influencer nos comportements d’achat.

Le Dr Robert Lustig, neuroendocrinologue et auteur du livre «The Hacking of the American Mind», présente 7 différences importantes entre le plaisir et le bonheur. 

  • Le plaisir est de courte durée alors que le bonheur est de longue durée.
  • Le plaisir est ressenti de façon viscérale alors que le bonheur est plutôt spirituel (ethereal).
  • Le plaisir prend, le bonheur donne.
  • Le plaisir peut être atteint avec des substances, mais ce n’est pas le cas du bonheur.
  • Le plaisir se vit seul alors que le bonheur se vit en groupe social.
  • Les extrêmes du plaisir conduisent aux dépendances à des substances ou à des comportements alors qu’on ne devient pas dépendant du bonheur.  
  • Le plaisir est associé à la dopamine alors que le bonheur est plutôt associé à la sérotonine.

Toujours selon le Dr Lustig, le plaisir offre une sensation agréable que l’on veut répéter. Si le vouloir devient un besoin de répéter, ce peut être un signe de dépendance qui intervient dans le quotidien et au travail comme le besoin de magasiner, café, sucrerie, pornographie, jeux vidéo, cellulaire. Le plaisir se réalise avec des substances et des comportements.

Le bonheur (parfois perçu comme le contentement et la plénitude) offre une sensation agréable sans vouloir ou avoir besoin de plus. Le bonheur est vécu par des choses qu’on ne peut pas acheter. Dr Lustig les résume avec les 4 C: 

Connecter aux autres, c’est-à-dire d’avoir des relations interpersonnelles en personnes. 

Contribuer à l’extérieur de soi par exemple au travail et dans la communauté.

Cope (en anglais), faire face à la vie pour réduire son niveau de stress et ainsi augmenter les récepteurs de sérotonine par le sommeil, en vivant pleinement l’instant présent et par l’exercice.

Cuisiner:  certains éléments nutritifs contribuent à la production de sérotonine comme le tryptophane, surtout présent dans le poisson et le lin. L’omega 3, aussi trouvé dans le poisson et dans les algues, protège la membrane des neurones et les empêche de mourir. Lorsque vous cuisinez pour votre famille, vous connectez avec d’autres, vous contribuez à l’extérieur de vous et vous savez ce que vous mangez. 

L’explication neurologique

Le plaisir et le bonheur sont associés respectivement à la dopamine et à la sérotonine, tous deux des neurotransmetteurs qui servent à communiquer d’une cellule neurologique du cerveau à une autre. Les deux ont des rôles essentiels dans notre survie et fonctionnement, mais agissent de façon différente. 

Selon les explications simplifiées du Dr Lustig, la dopamine est un neurone excitateur. Lorsque les neurones sont trop excités, trop souvent, ils ont tendance à mourir. Les neurones ont un mécanisme de défense, soit de diminuer les récepteurs pouvant être stimulés afin de limiter les dommages. Chaque appel au plaisir réduit le nombre de récepteurs. Donc il faut un plus grand plaisir pour avoir le même effet d’une fois à l’autre jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de réaction. Cela s’appelle la tolérance et lorsque les neurones commencent à mourir, c’est la dépendance.

La sérotonine, parfois appelée l’hormone du bonheur, est un neurone inhibiteur avec un effet de calme auprès de ses récepteurs ce qui procure un contentement, un effet zen. Il n’y a donc pas d’effet de dépendance possible.

La hausse de la dopamine entraîne cependant une diminution de la sérotonine. Donc plus on est à la recherche du plaisir, plus on s’éloigne du bonheur. Le plaisir ne mène donc pas au bonheur.

La recette du bonheur

Si ce n’est pas le plaisir qui mène au bonheur, existe-t-il un moyen d’y accéder? Il semblerait que oui et la recette se résume en une équation mathématique.

bonheur plus grand ou égal à votre perception des événements de votre vie moins vos attentes de ce qui est une vie réussie - d'après Mo Gawdat

Mo Gawdat, chercheur, l’explique ainsi : « Le bonheur est plus grand ou égal à la différence entre les événements de votre vie et vos attentes sur ce que doit être une vie réussie. »

« Le bonheur devient cette satisfaction paisible qui réside au sein de chacun de nous lorsque nous sommes en accord avec la vie telle qu’elle est. Sans le brouhaha qui résonne dans nos têtes lorsqu’on se plaint de tout et que l’on critique tout, on est naturellement heureux. » Il explique que si l’on ne désire pas quelque chose, comme le dernier modèle de téléphone cellulaire, ça ne nous rend pas malheureux de ne pas l’avoir. Il donne aussi l’exemple que si on ne s’attend pas à trois repas par jour, on peut être très heureux avec un seul repas par jour comme c’est le cas pour plusieurs personnes en Inde.

Le bonheur devient cette satisfaction paisible qui réside au sein de chacun de nous lorsque nous sommes en accord avec la vie telle qu'elle est. Mo Gawdat. Arrière-plan: clôture avec vignes à l'automne

11 trucs pour être plus heureux

L’auteur Eric Barker a résumé les trouvailles de plusieurs recherches en une liste de trucs pour être plus heureux. Vous pouvez consulter son article pour accéder aux liens des différentes recherches. J’en ai fait une traduction libre.

  1. Faire preuve de gratitude: se rappeler les belles et bonnes choses nous redonne un élan de bonheur.
  2. Faire et refaire ce qui fait partie de nos forces: cela nous donne de la joie et une raison d’être en travaillant à être la meilleure version de soi.
  3. Passer du temps avec des gens que l’on aime: les gens heureux ont des relations interpersonnelles solides. Donnez des compliments, le bonheur est contagieux.
  4. Ne pas compter sur l’argent pour le bonheur: après avoir atteint un salaire moyen par année, plus d’argent ne rend pas plus heureux. En vouloir plus peut nuire au bonheur.
  5. Donner rend plus heureux que recevoir: ce peut être un don physique / monétaire, mais aussi en aidant d’autres à atteindre leurs objectifs ou en étant gentil.
  6. Savourer les bonnes et belles choses de la vie: anticipez positivement ce qui s’en vient et vivez le moment présent en pleine conscience.
  7. Viser la croissance: en se fixant des objectifs d’amélioration au travail ou dans vos projets qui permettent de se concentrer; apprendre du nouveau peut amener un stress dans l’immédiat, mais s’améliorer rend plus heureux à long terme.
  8. Être optimiste: cela rend plus satisfait avec nos relations et plus heureux en amour. Les gens optimistes font davantage confiance et ont moins de problèmes. 
  9. Répondre à ses besoins de base: négliger le sommeil et l’alimentation nuisent au bonheur.
  10. Opter pour les petits bonheurs fréquents: ils rendent plus heureux qu’un gros événement rare. Les petites choses de la vie ont le plus d’impact sur le bonheur.
  11. Éviter d’avoir des regrets: certains des regrets les plus communs sont de travailler trop, ne pas garder contact avec ses amis, ne pas avoir partagé ses sentiments.

Par où commencer? Par où continuer?

Vous pourriez prendre un moment pour remercier quelqu’un dans votre vie. Tous les moyens sont bons.

Vous pouvez aussi continuer votre cheminement vers le minimalisme. Le lien avec le bonheur nous semble bien évident.

Ressources:

BRUT: Plaisir ≠ bonheur: la théorie scientifique sur le bonheur de Robert Lustig (vidéo)

Entrevue en anglais avec le Dr Robert Lustig sur son livre « The Hacking of the American Mind » (vidéo)

Neurosciences: sérotonine vs dopamine, la chimie du bien-être

BRUT: Il a tout lâché pour étudier le bonheur. Mo Gawdat. (vidéo)

Eric Barker: What’s the secret to a head full of happy thoughts? 

Eric Barker: New Neuroscience Reveals 4 Rituals That Will Make You Happy

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

8 commentaires

  • J’ai bien aimé la comparaison entre plaisir et bonheur. J’ai appris beaucoup! Vous avez bien présenté les différences entre les deux. Merci pour ce beau billet pour bien démarrer la journée.

    • Nous avons également trouvé intéressantes ces différences, comme quoi l’on peut se jouer des tours en mêlant des concepts qui se ressemblent a priori mais qui sont pourtant très différents. On s’en souviendra!

  • Tout un travail d’avoir établi aussi clairement la différence entre le plaisir et le bonheur. Les éléments apportés me font vraiment sens… Selon moi, notre mission de vie est d’apprendre le bonheur…comment l’atteindre et le garder…C’est la quête d’une vie… De. mettre le bonheur à un niveau de conscience est déjà une très bonne étape et pour ça, vous avez déjà ma gratitude. J’aime bien les 10 trucs pour être heureux….et les 4C du Dr Lustig. Vous venez d’amorcer une réflexion chez-moi. Je ne dirai plus : «Ça manque à mon bonheur »…car il s’agirait plus de combler une attente reliée à un plaisir à ce moment-là… Et quand je dis.: «  Ça me fait plaisir »…c’est beaucoup plus près du bonheur…pour avoir expérimenté le sentiment de plénitude associé au geste en question. Intéressant! Je continue ma réflexion…

    • Pour moi, la simplicité de la recette du bonheur m’a frappée et fait réfléchir aux attentes que l’on peut se créer inutilement. Comme vous le dites, en prendre conscience c’est déjà apprécié davantage son bonheur. Bonne suite dans votre réflexion.

  • Belle réflexion! Et tellement importante. La seule chose qui ne résonne pas pour moi c’est « le bonheur se vit dans un groupe social ». Oui, certainement, mais pour moi c’est aussi un bonheur de me retrouver seule, ça va de pair avec l’aspect spirituel du bonheur. Le bonheur doit être présent dans la solitude sinon ça dépend sur la présence des autres, et vient ainsi jouer avec la balance « évènements vs attentes ». Mon grain de sel! 🙂 Comme toujours, c’est un plaisir de vous lire! Merci pour ce petit cadeau que j’apprécie tous les samedis matins.

    • Votre grain de sel résonne bien avec nous. Il est important de pouvoir être bien seul et votre commentaire explique bien le pourquoi. Nous sommes choyés de vous avoir comme lectrice!

  • Excellent billet! J’ai trouvé ce survol des recherches particulièrement bien fait. Aucune grande “surprise” car ce sont des choses que j’ai déjà lues mais c’est très utile de trouver tout cela si bien résumé. Je crois que je vais y revenir de temps à autre pour me rappeler ces principes.

    • Oui, ce bilan rappelle quelques concepts de base qui alimentent le bonheur mais qu’il est parfois facile à oublier. Quelle bonne idée de refaire périodiquement la lecture de ce billet! Je me laisse une note à cet effet!

Avez-vous lu?

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Abonnez-vous
à l'infolettre

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.