Une idée d’attitude devant des choix minimalistes

Vous arrive-t-il de sentir de la déception ou de la contrariété quand vous avez à choisir entre le cœur et la raison, entre une activité qui vous tente et une qui semble plus sage, entre conserver quelque chose ou créer de l’espace? Dans une récente infolettre (abonnez-vous ici), je mentionnais qu’une façon d’encourager les gens à épargner est de rendre leur futur plus réel. Voici une autre idée d’attitude à adopter devant des choix minimalistes, celle-ci inspirée des ingénieurs.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): La plage du Nord de Louis-Étienne Santais

La magie des compromis

J’aime bien lire les livres et le blogue de l’auteur américain Seth Godin. Dans son billet The Magic of Trade-offs (la magie des compromis), il parle des choix qui sont faits constamment dans les industries manufacturières, citant comme exemple l’ordinateur portable : un appareil plus puissant nécessitera une plus grosse pile et sera donc plus volumineux et lourd. Un ordinateur est une série de choix entre puissance, durée de charge, volume, poids, etc.

M. Godin souligne ensuite que les ingénieurs ne se plaignent pas des choix devant lesquels ils sont placés. S’il n’y avait pas de compromis à faire (entre durabilité et esthétique, poids et force, etc.), on aurait moins besoin d’ingénieurs.

J’ouvre une parenthèse : je suis dans une famille de quatre générations d’ingénieurs civils dont trois vont certainement me le dire si j’écris des âneries, mais suivez-moi quand même dans la suite de cette idée d’attitude devant des choix minimalistes. Je ferme la parenthèse. 

Seth Godin suggère donc que, dans plusieurs aspects de nos vies, nous faisions comme des ingénieurs et que nous nous entraînions à dire : « Excellent! Voici un compromis qui est un défi intéressant. » Voilà une attitude positive à adopter.

Notre attitude devant quelques choix minimalistes

Devant des compromis, l’objectif est habituellement de trouver une façon alternative de vivre son bonheur présumé. On pense que l’option A qui nous tente va nous apporter un niveau de joie plus élevé que l’option B qui nous tente moins, mais qui s’inscrit plus dans notre cheminement minimaliste. J’ai souligné le mot pense, car on ne peut jamais garantir que cette joie sera telle qu’imaginée.

Quels sont donc des exemples de choix minimalistes qui peuvent être de bons défis? 

Dépenser pour un voyage ou pour une rénovation: ce peut être facile de trouver la joie si la rénovation améliore notre qualité de vie; plus difficile si c’est pour réparer un toit ou une fondation. Il s’agit alors de se payer une petite récompense, comme un souper au restaurant ou une journée à jouer au touriste dans sa ville. Plusieurs ont ainsi vu un côté moins sombre de la pandémie : l’économie forcée du report de voyages a pu servir à autre chose. Enfin, pour cet exemple, s’endetter pour faire les deux c’est tricher son bonheur futur!

Acheter une auto plus luxueuse ou économiser pour sa retraite : le défi est de transférer le plaisir de conduire cette auto à l’économie pour la retraite. Je peux commencer par me rappeler que si je ne peux me payer qu’un vieux tacot à la retraite, je ne serai pas très heureux. Comme le dirait Pierre-Yves McSween, qu’est-ce qui va plus impressionner le voisin : mon auto ou que je prenne ma retraite avant lui? 

Acheter de nouveaux vêtements ou payer le solde de sa carte de crédit : il s’agit de trouver son plaisir à minimiser ses achats de vêtements sans se promener tout nu dans la rue. J’entendais une entrepreneure expliquer qu’elle avait des dettes personnelles dont le poids l’empêchait d’être créative; quand elle a éliminé ses dettes, il lui est devenu plus facile d’obtenir du succès et de faire de l’argent.

Un gros mariage ou économiser pour l’éducation des enfants : un bon défi d’ingénieur est de trouver tous les moyens de réduire les coûts de ses noces. Il peut être facile de se motiver en se disant que l’argent économisé pourra ainsi aller non seulement dans un fonds d’éducation, mais peut-être aussi pour une longue fin de semaine en amoureux qui dure plus longtemps que la journée de mariage.

Conserver un appareil de cuisine spécialisé ou utiliser un outil plus polyvalent et ainsi libérer de l’espace : le défi est de trouver quelques actions comme celle-ci pour voir un beau changement dans sa cuisine.

Citation relative aux choix minimalistes : Entraînons-nous à dire : « Ce compromis est un intéressant défi à relever! » Arrière-plan : pont avec parasols à Séville

Imagination et communication

Avec un peu d’imagination, les compromis ne sont pas toujours entre fun et plate. Comme j’ai essayé de l’illustrer ci-dessus, on se pose un défi et on trouve un moyen d’y prendre un certain plaisir à le résoudre. 

Autre exemple : si un tel choix se pose devant soi, pourquoi ne pas lancer le projet par une mini-retraite de réflexion, ou une réunion avec son équipe d’ingénieurs (son conjoint), dans un parc ou un café? 

Évidemment, si on est en couple, une clé pour relever ces défis est une saine communication. Il faut que les deux souscrivent au compromis. S’il y a lieu, inclure aussi les enfants dans la réflexion et ainsi créer de bonnes habitudes chez eux. 

Une autre évidence : ces choix, compromis, défis sont plus faciles quand ils sont faits pour avancer et non pour reculer. Il est plus facile de choisir de ne pas déménager dans une maison plus grande que d’être forcé à déménager dans un plus petit logement à cause de contraintes financières. Comme le disent des chroniqueurs de finances personnelles, il y a de nombreux avantages à vivre en dessous de ses moyens.

Je vous souhaite donc de pouvoir relever le défi de trouver la bonne attitude devant des choix minimalistes difficiles.

Ressources:

Billet de Seth Godin

Parmi nos billets:

Parler d’argent dans le couple

Combien dépenser pour son mariage?

À quand votre indépendance financière (et les temps libres)?

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

2 commentaires

  • Merci pour encore un bon blogue plein de bons conseils avec des touches d’humour qui me font rire tout haut. J’ai hâte d’entendre les commentaires des ingénieurs de la famille. Ma façon de rendre la dépense d’un nouveau toit moins plate a été d’en faire poser un rouge! Les toits rouges me font sourire alors maintenant le mien me fait sourire à tous les jours. 🙂

    • Je n’avais pas pensé qu’il y avait des façons intéressantes d’investir dans son toit. Merci d’en avoir partagé une et démontré un exemple de bonne attitude!

Avez-vous lu?

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Abonnez-vous
à l'infolettre

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.