Combien dépenser pour son mariage?

C

Combien dépenser pour son mariage? Le moins possible!

D’entrée de jeu, disons que si vous vous mariez à un moment dans votre vie où votre retraite est assurée, l’éducation des enfants est payée, et que vous ayez un surplus pour vous payer une fête de 30 000$ (20 000 €) ou plus, ce billet n’est pas pour vous.

Mais si vous n’êtes pas dans cette situation et que vous, ou un de vos enfants, avez décidé de vous marier, je vous partage des réflexions et je résume les résultats d’une recherche intéressante sur le sujet.

J’aborde la question du point de vue des futurs mariés, des parents, et des invités.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible) : Ralph van Raat interprète The Books of Sounds, Part II  de Hans Otte

Perspective des futurs mariés

Être conscient du coût moyen d’un mariage

Au Canada, des planificateurs estiment le coût d’un mariage à 30 000$ pour 100 convives.* (environ 20 000€)

En France, le coût moyen est de 13 000€.**

Aux États-Unis, selon un sondage de 27 000 couples qui se sont mariés en 2019, le coût moyen est de 33 900$ (US).***

Reconnaître l’influence du marketing sur nos dépenses de mariage

Il y a environ 160 000 mariages par années au Canada, et, bien que ce soit en baisse, 228,000 en France. L’industrie du mariage est estimée à 5 milliards $ au Canada, 3 milliards € en France et 72 milliards $ aux États-Unis. Ce n’est donc pas surprenant que les acteurs de cette industrie essaient toujours d’influencer les choix des futurs mariés. 

Deux économistes de l’université Emory à Atlanta ont publié en 2014 les résultats d’une recherche intitulée « Un diamant est pour toujours » et autres contes de fées : la relation entre les dépenses de mariage et la durée du mariage  (ma traduction). Ils y mentionnent entre autres l’effet de la campagne publicitaire du producteur de diamants De Beers créée dans les années 1930, « A diamond is forever ». Avant la Seconde Guerre mondiale, 10% des bagues de fiançailles avaient un diamant; à la fin du siècle, c’était 80%.

Il y a aussi bien sûr toutes les revues de noces. Je me souviens que lors des préparatifs de notre mariage, l’on consultait de telles revues pour savoir quoi faire. Les chercheurs notent que le magazine Bride’s suggérait en 1959 de prévoir deux mois pour planifier son mariage et proposait une liste de 22 items à faire. En 1990, c’était douze mois et une checklist de 44 items. On reviendra ci-dessous sur les résultats de cette recherche. 

Enfin, que dire de l’influence aujourd’hui des photos sur Pinterest, Instagram et autres médias sociaux?

Établir vos priorités financières

Le principal problème avec cette influence de l’industrie des noces et de vos amis de médias sociaux, c’est évidemment l’impact sur votre budget. Quel que soit l’endroit où vous êtes rendu dans votre vie, l’argent que vous y mettrez ne sera pas mis ailleurs. L’impact est d’autant plus grand pour les jeunes en début de carrière. 

Première conséquence possible : s’endetter à court terme. Commencer sa vie mariée avec une dette de mariage c’est se créer un souci inutile qui peut devenir cause de friction dans le couple. À l’appui, une firme de conseillers en insolvabilité a affiché sur son site un article au sujet du coût des mariages.

Deuxième conséquence : l’impact négatif à long terme. Il y a de nombreux blogues et autres sites de mariage qui proposent des articles du style « un beau mariage sans s’endetter ». Mais, il ne suffit pas de ne pas s’endetter; il faut penser sérieusement aux autres choses que l’on pourrait faire avec cet argent.

Dans son livre En as-tu vraiment besoin? le comptable-chroniqueur Pierre-Yves McSween résume bien la situation : « … est-ce que ça en valait le coût? Est-ce que ça valait la mise de fonds qu’on n’avait pas pour la maison? Est-ce que ça justifiait le fait de devoir acheter à crédit les voitures au lieu de les payer comptant? Est-ce que ça valait le coût de négliger sa retraite et de réduire sa contribution au régime d’épargne-études des enfants? »

Tenir compte des leçons de la pandémie

La pandémie nous donne à tous l’occasion de repenser l’ampleur des noces. Radio-Canada relatait l’histoire d’un couple de Québec, ensemble depuis 20 ans, qui avait planifié une grande célébration cet été (20 ans en 2020). Pandémie oblige, ils sont en train de considérer faire une petite fête dans leur cour arrière car ils tiennent à se marier en 2020. Dans quelques années, ils seront peut-être contents d’avoir économisé cet argent.

En fait, la pandémie nous apporte une leçon importante : prendre au sérieux le conseil donné par tout bon planificateur financier, mais rarement suivi, de se doter d’une réserve financière d’urgence équivalente à quelques semaines ou mois de salaire. Parmi toutes les personnes qui ont malheureusement perdu leur emploi depuis mars, combien s’y attendaient en janvier? Donc, avant de planifier un grand mariage, avez-vous créé cette réserve?

Diminuer les risques de divorce

Voici les résultats les plus significatifs de cette recherche auprès de plus de 3 000 Américains par les deux économistes de l’université Emory (le lien vers l’étude est dans la liste des ressources) :

  • Le taux de divorce est plus bas chez les couples qui ont dépensé 1 000 $ ou moins pour le mariage.
    • Par exemple, en comparaison aux couples qui ont dépensé entre 5 000 $ et 10 000 $, on constate chez les hommes ayant dépensé 1 000 $ ou moins, 50% moins de divorces; et chez les femmes qui ont dépensé 20 000 $ ou plus, un taux de divorce 1,6 fois plus élevé.
  • Aussi, le taux de divorce chez les hommes qui ont dépensé entre 2 000 $ et 4 000 $ pour la bague de fiançailles est 1,3 plus élevé que chez ceux ayant dépensé entre 500 $ et 2 000 $. 
  • Selon les chercheurs, une hypothèse pour ces résultats, en se basant sur d’autres recherches, est que le stress financier est un facteur pouvant mener au divorce.
  • Enfin, ceux qui sont allés en lune de miel, quel qu’en fût le coût, avaient un taux de divorce plus bas. 

Considérer l’environnement

Pour ceux qui veulent inclure l’environnement dans leur planification, il faut tenir compte des effets en gaz à effets de serre provenant, par exemple, de l’importation de fleurs coupées et des déplacements des invités. Cela en plus des dépenses et ressources liées à la création de vêtements pour les mariés et membres du cortège d’honneur qui risquent de ne servir qu’une fois.

Ce n’est qu’une journée

En préparant un mariage, il ne manquera pas d’occasions de lire une phrase comme « La plus belle journée de votre vie ». Si on tombe sous l’effet de ce slogan, on va finir par se stresser pour que tout soit parfait et on va trop dépenser. Le blogue La mariée enjouée a eu le courage de publier le commentaire d’une mariée qui regrette avoir dépensé 30 000 euros – c’est intéressant à lire et j’ai mis le lien ci-dessous.

L’union créée par le mariage est en effet une des étapes les plus importantes de votre vie. Mais le jour du mariage n’est qu’une très belle journée parmi tant d’autres dans votre vie de couple. 

Perspective des parents

Soyons honnêtes, l’étude ne dit pas que si vous dépensez plus que 1 000 $(US) vous allez nécessairement divorcer. Nous avons dépensé plus que cela et ça fait 31 ans que nous sommes mariés.

Nous nous sommes mariés à une époque où certaines traditions étaient encore assez ancrées. Ce qui veut dire que nos parents ont beaucoup contribué aux coûts de notre mariage. C’était très généreux et nous en sommes reconnaissants. 

À refaire notre mariage aujourd’hui, on ne dépendrait pas d’une telle générosité et on ferait une noce plus modeste. Au Canada ou en France, cette tradition que les parents paient une partie importante de la noce n’existe généralement plus. Les couples ont tendance à se marier plus tard, vivent déjà ensemble et ont commencé leur carrière. C’est donc plutôt à eux de payer.

Mais, si comme parent, vous en avez les moyens et voulez contribuer, discutez-en avec votre enfant. Cependant, il ne faut que ce soit pour influencer le déroulement de la célébration. Et surtout, demandez si cet argent pourrait servir à autre chose. Le couple, ayant lu ce billet, voudra peut-être un petit mariage, mais serait heureux d’une contribution au voyage de noces ou à l’éducation des enfants.

Chose certaine, à moins que ce soit ancré dans votre culture, vous ne devriez pas retarder vos plans de retraite pour payer le mariage d’un enfant. Pour notre part, nous n’avons pas prévu de mariages dans notre budget de retraite.

Citation relative à dépenser pour son mariage: Le jour du mariage n’est qu’une très belle journée parmi tant d’autres dans votre vie de couple. Arrière-plan : Graffiti sur planche dans une fenêtre de deux personnes
Photo : Renato Pozaić

Perspective des invités

Il faut en tenir compte. C’est certain qu’il y a des gens qui aiment les mariages et les occasions de retrouvailles. Mais pas tout le monde a la même capacité d’absorber ce coût. Voyons d’abord un point de vue tranché et ensuite quelques statistiques utiles.

Selon Pierre-Yves McSween

Voici un autre extrait d’En as-tu vraiment besoin? « Finalement, chaque invité aura dépensé des centaines de dollars pour une fête ne lui apportant pas le plaisir qu’il aurait eu ailleurs pour la même somme. En se payant le party de leur vie, les mariés ont amputé le budget de vacances des invités. (…) Et que dire des futurs mariés aimant l’exotisme? Ils veulent se marier dans le sud et disent “N’apportez pas de cadeau, payez juste votre voyage.” Dans ces cas-là soit on décline l’invitation au mariage, soit on oublie la cotisation annuelle à son REER. »

Peut-être est-ce simplement que, comme moi, Pierre-Yves McSween ne raffole pas des réceptions de noces. Mais, peut-être aussi qu’il y a du vrai dans ce qu’il dit. 

Selon The Knot

Theknot.com a fait une étude auprès de 1 000 personnes ayant assisté à des mariages en 2019 aux États-Unis. Les dépenses par invité, incluant le cadeau, pour un mariage :

  • sans déplacement : 185 $(US)
  • avec déplacement en auto : 600 $
  • avec déplacement en avion : 1 440 $

Ceux qui ont acheté des vêtements pour l’occasion ont ajouté en moyenne 155 $ à ces dépenses.

Vous pensez que les gens sautent d’enthousiasme en recevant l’invitation? Selon cette étude, 50% des invités vérifient d’abord le coût du logement (s’il faut se déplacer en auto) ou de l’avion avant de répondre à l’invitation.

Conseils

Parmi les ressources ci-dessous, vous trouverez des idées pour vous aider à minimiser vos dépenses de mariage. J’en mentionne quelques-unes : 

Il faut faire un budget détaillé des dépenses de son mariage. Aussi surprenant que cela semble, même le gouvernement du Canada a produit un fichier Excel pour vous aider (lien ci-dessous).

La grosse variable dans le coût est le nombre d’invités. Un mariage intime dans sa maison ou une salle dans un restaurant est une bonne approche. Si vous voulez beaucoup d’invités, considérez un mariage de jour sans repas ni danse, ou un pique-nique avec ou sans un « food truck ». Attention cependant aux fausses économies : un mariage dans sa cour peut coûter plus cher que dans une salle.

Une approche qui semble se faire, mais qui est controversée, est de demander à ses invités de payer une partie du coût de l’événement. De même, la tradition d’inviter des gens à venir à seulement une partie de l’événement, comme la danse mais pas le souper, pose parfois problème. Il faut se mettre à la place de nos invités quand on pense à ces options. Il vaut mieux avoir moins de convives, mais tous heureux.

Selon la recherche, soyez modeste pour vos bagues (n’essayez pas d’avoir le plus gros caillou sur Instagram) et partez en voyage de noces, même si c’est en auto et pas très loin.

Enfin, Pierre-Yves McSween conseille de profiter de l’occasion pour régler des choses plus importantes pour votre avenir à deux que ce que vous allez servir aux invités : faites ou mettez à jour vos plans financiers (avant votre budget de mariage), testaments, et mandats en cas d’inaptitude.

En conclusion, combien dépenser pour son mariage? Si vous voulez éviter des complications dans votre avenir et avoir un futur simple, dépensez le moins possible!

Ressources

*Oui, je le veux : combien coûte un mariage (Journal de Montréal) 

** Budget mariage (France) (comprend un exemple pour 100 invités)

*** The Knot (États-Unis) : sondage sur le coût d’un mariage et sondage sur les coûts pour les invités   

‘A Diamond is Forever’ and Other Fairy Tales: The Relationship between Wedding Expenses and Marriage Duration  (recherche par des économistes)   

Mon mariage, cette dépense inutile!  

Grille budgétaire pour un mariage (gouvernement du Canada)

7 solutions pour organiser le mariage de tes rêves sans te ruiner   

Se marier avec 2 000$ 

McSween, Pierre-Yves, En as-tu vraiment besoin?,Guy Saint-Jean Éditeur, 2016

Parmi nos billets :

Le minimalisme pour réduire l’endettement  

Se libérer de la culture de consommation  

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

3 commentaires

Avez-vous lu?