Le minimalisme pour réduire l’endettement

L

On voit régulièrement des reportages sur l’endettement des individus. Les gens se sentent découragés, plusieurs arrivant à peine à effectuer les paiements minimums. Certains motifs paraissent récurrents : la surconsommation, une malchance avec ou sans coussin de secours, ne pas faire ou suivre de budget, et ne pas s’ajuster à de nouveaux contextes. En somme, vivre au-dessus de ses ressources.

Et même si on ne se sent pas englouti sous les dettes, on peut se demander si notre endettement nuit à l’atteinte de nos objectifs tels que ceux reliés à la retraite ou l’éducation des enfants.

La première étape pour améliorer sa situation est de la reconnaître. Ensuite, on agit afin de rectifier la problématique. Et c’est là que le minimalisme peut jouer un grand rôle.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Burst par Tanya Tagak (de l’album Auk/Blood)

Quand je me compare…

Selon un sondage*, 42% des Canadiens ne paient pas leur solde de carte de crédit au complet à la fin du mois. Selon un autre sondage**, la majorité des répondants pensent que leurs dettes de cartes de crédit sont sous la moyenne. Et votre situation? (Indice : la moyenne est de 3 278$.)

Pour ce qui est de l’ensemble des dettes (crédit à la consommation et hypothèques), selon l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), en 2018, la dette des ménages au Canada représentait 182% du revenu disponible net. 

En France, c’était 121% du revenu disponible net, en Belgique 115%, et en Suisse 215%.

Se tourner vers le minimalisme pour réduire l’endettement

Le minimalisme peut devenir un élément motivateur afin de réduire, voire effacer ses dettes. Selon la situation, il est possible :

  • de réduire ses dépenses
  • de vendre certains objets non nécessaires 
  • d’en retourner d’autres qui n’ont pas servi (comme les vêtements avec étiquette par exemple)
  • d’éviter des achats en effectuant le décompte de ce qui figure déjà dans votre demeure (voir notre billet à ce sujet)

L’argent reçu ou les économies devraient augmenter les dépôts envers la dette.

Le minimalisme pour ne pas contracter de nouvelles dettes

En optant pour un mode de vie minimaliste, déjà, les achats et la consommation de biens devraient être réduits. En outre, nous vous invitons à consulter nos billets sur le gaspillage de nourriture et sur les restaurants.

Le blogueur Joshua Becker posait cette question : comment perdre 10 000$ par année sans s’en rendre compte? Il suffit de 27.40$ par jour en café, collations, repas au resto, billets de loterie, bidules ou babioles (comme des gadgets de cuisine, magazines, etc.). Or, le contraire est aussi vrai : en évitant 27$ d’achats par jour, c’est 10 000$ de dépenses ou de dettes que vous prévenez dans une année.

Épargner avant d’acheter

Dans un monde où le crédit est si accessible, il faut réapprendre à connaître la gratification qui vient avec l’épargne. Le fait d’effectuer des sacrifices et mettre des sous de côté dans le but d’un achat ou d’un voyage permet de comprendre la valeur du travail et de l’argent. 

C’est une bonne sensation de payer comptant sachant que l’engagement financier se termine avec l’acquisition (ou au moins payer le solde de sa carte de crédit tous les mois). Pas de frais encourus, pas de versements, moins de culpabilité. C’est la méthode à favoriser à l’exception des gros achats telles les maisons et les voitures pour lesquelles des hypothèques et prêts précis existent.

Ce qui amène la question : toutes les dettes s’équivalent-elles?

Citation relative au minimalisme pour réduire l'endettement : En acquittant le solde de la carte de crédit chaque mois, l’engagement financier se termine avec l’achat. Pas de frais encourus, pas de versements, moins de culpabilité. Sur fond d'une vague bleue avec ballon or qui flotte.
Photo : Renato Pozaić

Bonnes et mauvaises dettes

On fait souvent référence à cette notion de bonnes ou mauvaises dettes. L’Agence de la consommation en matière financière du Canada en fait la distinction (et propose une foule de renseignements et d’outils — voir le lien ci-dessous) :

« Une bonne dette est un investissement dans quelque chose qui prend de la valeur ou qui est profitable à long terme. » (Par exemple, un prêt hypothécaire pour une maison.)

« Si vous empruntez pour acheter quelque chose dont la valeur diminue immédiatement ou dont vous ne pouvez pas effectuer le remboursement au complet et à temps (ce qui occasionne des frais d’intérêt et un endettement plus élevé), il s’agit d’une mauvaise dette. »

Peut-on se réconforter en se disant qu’on a surtout des « bonnes dettes »? Ça dépend de la situation. 

Mais l’humoriste François Pérusse dirait « une dette c’t’une dette ».

À cet effet, le minimalisme c’est aussi se questionner sur la grandeur (et le coût) du logement ou de l’automobile qui entraîne une dette.

Déclarer faillite n’efface pas toutes les dettes

Certains croient que la façon de s’en sortir lorsque l’on croule sous les dettes c’est de déclarer faillite et de recommencer à neuf. Il faut comprendre que la faillite n’efface pas les dettes telles que la pension alimentaire, les amendes et contraventions, les indemnités criminelles et les emprunts d’études (chronique de Pierre-Yves McSween citée ci-dessous). Si votre situation vous inquiète, consultez un professionnel tel un syndic de faillite.

Mot de la fin… de mois

Si les fins de mois s’avèrent parfois difficiles pour vous, ou si vous avez de la difficulté à atteindre vos objectifs prioritaires, nous vous invitons à prendre conscience de vos dépenses, observer vos comportements, et explorer le minimalisme pour réduire l’endettement. Une petite dette deviendra grande si elle n’est pas adressée tôt. 

Enfin, pour vous remettre de bonne humeur, il suffit d’écouter le sketch humoristique de François Pérusse qui nous est venu en tête en écrivant cette chronique. Vous pouvez même comparer les versions canadienne et européenne. Un rire avec ça?

Ressources :

*À vos cartes, prêt…

**Découvrez si votre solde de carte de crédit est plus élevé que la moyenne des Canadiens

Agence de la consommation en matière financière du Canada

McSween | 7 dettes ineffaçables si on fait faillite

La méthode de la boule de neige

Sketch Une dette c’t’une dette :
Version canadienne 
Version européenne (d’avant l’euro)


Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

3 commentaires

Avez-vous lu?