Simplifier sa vie: un peu, beaucoup, à la folie

S

Une amie me disait : “Un blogue sur le minimalisme? Mais tu viens de faire rénover ta cuisine! Comment peux-tu parler de minimalisme?”

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Divenire par Ludovico Einaudi

Qui peut simplifier sa vie? 

Tout le monde le peut, et ce sur différents plans : les biens, le temps, le travail, les relations, etc. 

Le minimalisme c’est donc réduire le nombre de « choses » qui mangent notre temps, notre espace, notre quiétude, etc.

Réduire de combien? À chacun de décider. Prenons l’exemple des biens.

Nous partons tous de quelque part sur une échelle aux pôles allant de « accumulateur compulsif » (hoarder) à « sans possession ». Le but est de progresser vers le « sans possession » afin de retrouver l’essentiel. 

Ce point visé sur l’échelle, soit le degré de minimalisme souhaité, ne sera pas le même pour chacun; il sera différent pour vous qu’il l’est pour Michel et moi. Nous avons choisi de remettre en question nos avoirs, nos achats, notre travail et nos engagements. Nous approchons d’une vie que nous concevons comme minimaliste tout en ayant une maison, deux voitures et certains meubles qui ne servent que rarement. 

Billes transparentes avec citation: Qui peut simplifier sa vie? Tout le monde le peut, à des degrés différents
Photo: Renato Pozaić

Certains se départissent de plus de biens matériaux que nous dans leur conception d’un futur plus simple alors que d’autres en gardent davantage (et il y a les rares exceptions qui visent ne plus rien posséder!) Le choix vous appartient. Il n’y a pas un modèle à suivre mais plutôt des réflexions à avoir et des gestes à poser afin d’arriver à une vie satisfaisante.

De plus, la démarche peut se vivre peu importe la volonté des autres personnes dans votre vie. Que votre conjoint ou conjointe boude votre enthousiasme ou que vos enfants semblent intentionnellement encombrer votre milieu, il y a tout de même moyen de faire un bon bout de chemin. 

Et notre cuisine dans tout ça? On a tous besoin d’une cuisine, qu’elle soit rénovée ou non. Mais l’attention qu’on y porte influence beaucoup notre milieu de vie. Nous avons profité de nos rénovations pour nous départir de bien des choses et prendre de nouvelles habitudes. À ce sujet, vous pouvez lire le court billet sur le grille-pain.

Ça vous intéresse d’entamer une réflexion?

Si vous êtes super occupé, plutôt fatigué, en manque d’argent ou en besoin de relations plus saines, nous vous encourageons à commencer la réflexion avec nous par la lecture des billets hebdomadaires afin de considérer des changements qui pourront améliorer votre situation et alléger ce qui vous pèse.

Et si vous êtes super organisé, au-dessus de vos affaires et que la vie est belle, mais que vous êtes en train de lire ceci, on présume que vous êtes aussi intéressé par de nouvelles idées… et peut-être aussi à partager vos trucs. 

Enfin, pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Ressource: Les 10 étapes pour devenir minimaliste

Partagez ce billet!

1 commentaire

  • À chacun son type d’univers. Je suis de celle qui recherche l’harmonie dans son espace de vie. En vieillissant, mon besoin d’épuration est grandissant. J’ai besoin d’air…peut-être à cause de la ménopause qui me fait vivre des petites chaleurs. Comme je suis en cheminement, j’apprécie certainement tous les trucs qui peuvent m’accompagner dans mon évolution. Merci de cette initiative qui nous encourage à vivre des libérations.

Avez-vous lu?