8 caractéristiques des voyageurs à petit budget

8

« Vaut mieux être riche et en santé que pauvre et malade! » Ce proverbe célèbre de l’humoriste Yvon Deschamps pourrait bien s’appliquer au tourisme. Mais si l’on veut voyager sans être riche, comment savoir si l’on possède les caractéristiques des voyageurs à petit budget?

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Mon nom est personne  d’Ennio Morricone

Ce billet est inspiré d’une entrevue radio donnée par Seth Kugel, chroniqueur pour le New York Times et auteur du livre Rediscovering Travel, A Guide for the Globally Curious. Il présente dans son livre huit caractéristiques des voyageurs à petit budget. Je les énumère ci-dessous avec quelques exemples. Si vous possédez un ou plusieurs de ces traits, ou êtes prêts à tenter d’en acquérir, vous pourrez évaluer jusqu’où vous pouvez aller hors de votre zone de confort.

Le but de cet exercice qui se veut plus amusant que scientifique? Voyager à petit budget ne veut pas seulement dire peu d’argent, mais veut aussi dire voyager plus souvent ou plus longtemps. Puisqu’il existe de nombreux sites et guides qui donnent des trucs pratiques pour, par exemple, trouver des billets d’avion ou chambres d’hôtel à bon prix, je n’aborderai pas ces sujets. Voyons donc plutôt les traits de caractère:

1. Pas germaphobe

En général, mais pas toujours, plus on est soucieux de la propreté d’un endroit où rester, plus on sera enclin à payer cher. À l’inverse, moins c’est un souci, plus on a de choix où se loger. La notion de propreté est quand même relative. Par exemple, je me suis rarement inquiété des bibittes ou de la terre dans ma tente en faisant du camping, mais je ne suis pas confortable si je vois qu’une chambre d’hôtel n’a pas été bien nettoyée.

La pandémie nous a tous rendus un peu plus germaphobe. Cela peut en fait avoir un avantage: on sera conditionné à prendre quelques précautions comme emporter des lingettes ou du gel désinfectant lorsque l’on quitte la maison.

2. Dormeur flexible

Pouvez-vous dormir sur n’importe quel lit? Si l’on n’est pas trop exigeant pour le matelas, on peut considérer les appartements au lieu des hôtels. Louer un logement d’un particulier comporte des avantages comme avoir plus d’espace (bon pour les voyages en famille), économiser si on y prépare quelques repas (avec l’attrait de découvrir les épiceries et marchés locaux), bénéficier d’un balcon ou d’une vue qui coûterait plus cher dans un hôtel, et parfois avoir l’occasion de jaser avec le propriétaire local. Mais les lits ne sont pas tous confortables et il peut y avoir des inconvénients qu’on ne retrouve pas dans un hôtel.

Ceux qui ont encore plus de facilité à dormir économisent en allant dans des auberges de jeunesse, louant une chambre au lieu de tout l’appartement, faisant du camping, dormant dans leur voiture, ou faisant du « couch surfing ». 

Si nécessaire, notre médecin peut parfois conseiller des médicaments pour aider le sommeil en voyage. 

3. Un estomac solide

Si on ne craint pas d’être malade, on peut manger pour moins cher… et découvrir les spécialités locales, par exemple en achetant de la cuisine de rue. Il ne faut quand même pas faire exprès pour être malade: il y a des endroits où l’on ne boit pas l’eau et il y a un minimum de précautions quant à la nourriture crue.

sac espagnol de croustilles Ruffles au jambon (jamon)

Mais si vous voulez connaître les traditions culinaires sans risque, découvrez les saveurs de croustilles vendues à l’épicerie! Elles reflètent souvent les goûts locaux. Nous l’avons constaté lors de nos voyages et on n’a qu’à penser aux « chips au ketchup » qui, semble-t-il, sont une particularité canadienne.

4. Un peu de technophobie

Cette caractéristique veut dire que l’on n’est pas toujours dépendant de notre tablette ou téléphone et donc que l’on ne sera pas contrarié si le wi-fi ne fonctionne pas bien à l’endroit où l’on demeure. Cet inconvénient peut quand même être évité en achetant un forfait de données cellulaires. 

5. Très organisé

En étant bien organisé, on évite les dépenses supplémentaires occasionnées lorsqu’on a oublié quelque chose à la maison ou à l’hôtel (chargeur de cellulaire!) ou manqué son vol.

Être bien organisé c’est aussi vérifier la météo avant de partir pour s’habiller en conséquence, réserver ses billets de visite par internet pour éviter les déceptions ou les longues files devant le musée, connaître les heures de visite des attractions, et prévoir l’impact de jours fériés ou de grèves, s’il y a lieu.

6. Conscient que d’autres ne sont pas toujours bien organisés

Par exemple, vous arrivez à l’hôtel ou au comptoir de location de voiture et on ne trouve pas votre réservation. Ou le locateur de votre appartement Airbnb ne peut vous remettre la clé à l’heure prévue. Conscient que cela peut survenir, vous resterez zen et ne nuirez pas à votre bel état d’esprit de vacances; être frustré à cause de l’incompétence d’un autre ne nuit qu’à soi-même.

Encore mieux, vous êtes prévoyant et anticipez ces problèmes potentiels en téléphonant d’avance pour vérifier que tout est en ordre avec votre réservation.  

Citation relative aux caractéristiques des voyageurs à petit budget: Osez être un peu intrépide en voyage; apprenez à taire vos peurs lorsqu’il n’y a pas de danger. Arrière-plan: Coucher de soleil à Venise
Photo: Laurent Gérin

7. Très sociable

Être sociable permet d’entamer des conversations avec des résidents, ou d’autres touristes, pour découvrir des endroits à visiter moins connus ou de bons restaurants à bon prix. 

Être très sociable, comme notre fils aîné, peut amener à d’autres expériences comme rencontrer des gens pendant une excursion dans l’Himalaya pour ensuite se faire inviter à dormir chez eux à Delhi.

Cela peut donc mener à des économies, des découvertes et même des amitiés. Mais pour cela, il ne faut pas avoir trop d’attentes de confort ou que tout soit prévu. Il faut se donner un horaire flexible.

8. Un peu intrépide

Cela ne veut pas dire se placer dans des situations dangereuses (c’est-à-dire, ne pas s’aventurer en haute altitude sans guide pour épargner quelques roupies – voir l’item 7) , mais plutôt taire ses peurs quand il n’y a pas un danger hors de l’ordinaire. Par exemple, ne pas avoir peur de louer un vélo ou utiliser le transport en commun dans une ville; cela permet encore de vivre comme un résident et d’économiser.

Un autre exemple, un peu plus intrépide: notre plus jeune qui a loué une voiture et conduit « du mauvais côté de la route » pour découvrir, lors de son premier voyage en solo, l’île du Sud en Nouvelle-Zélande.

Et il ne faut pas avoir peur d’avoir l’air niaiseux. Ça fait partie de l’expérience de faire des erreurs. Comme on dit, les voyages forment la jeunesse.

Cependant, une méfiance des vols est quand même de mise. Ça vaut la peine de regarder, avant de partir, une des nombreuses vidéos sur YouTube qui expliquent les arnaques et trucs de voleurs des principales destinations touristiques. 

Bilan

Alors, combien de ces caractéristiques de voyageurs à petit budget possédez-vous? 

Évidemment, il y a différents degrés pour chacune d’elles. Et soyons clairs: personne n’est meilleur ou moins bon selon le nombre de ces traits qu’il possède; nous avons chacun notre personnalité et notre seuil de tolérance à l’inconfort. Parfois on peut évoluer tranquillement. Pour ma part, je n’ai pas ces huit caractéristiques, mais si j’avais auparavant pensé toujours voyager dans des hôtels de chaînes connues, je suis maintenant amateur de la location d’appartement d’un particulier.

Certaines caractéristiques peuvent être cumulatives. Par exemple, si vous n’êtes pas organisé, mais que votre compagnon de voyage l’est, vous en profiterez. Par contre, avoir un estomac solide et faire fi de l’estomac fragile de notre compagnon n’est pas une recette pour un beau voyage. 

Votre bilan peut donc vous aider à déterminer les dépenses pour lesquelles vous pourriez faire des économies et celles pour lesquelles vous ne ferez pas de compromis. J’avancerais que si vous possédez les huit caractéristiques des voyageurs à petit budget, vous pouvez probablement faire le tour du monde avec votre sac à dos et peu d’argent. Si vous n’en avez aucune, vous serez plus heureux dans un voyage organisé. 

Avez-vous d’autres exemples de ces traits ou en ajouteriez-vous d’autres à la liste?

Ressources:

L’entrevue avec l’auteur Seth Kugel (en anglais)

Parmi nos billets:

La valise minimaliste et autres trucs de voyage

Changer sa façon de voyager?

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

Ajoutez un commentaire

Avez-vous lu?