La valise minimaliste et autres trucs de voyage

Vue sur l'Alhambra de Grenade avec les pics blancs de la Sierra Nevada en arrière-plan.

Il y a quelques années, nous avons fait un voyage de camping en famille à Terre-Neuve. Nous étions allés en avion et c’était avant que les transporteurs ne chargent un frais pour chaque bagage enregistré. Nous avions 16 morceaux de bagages pour 4 personnes! Pas tout à fait le concept de valise minimaliste.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Train par Thylacine (de l’album Transsiberian)

Aujourd’hui, la tendance est de voyager léger. Il existe plusieurs blogues et vidéos qui expliquent comment s’y prendre (quelques liens ci-dessous), mais, sans être un grand voyageur, je partage quelques trucs appris de nos lectures et voyages. Ces expériences comprennent un voyage en famille en Italie (pas en camping, mais avec déplacements en train) avec sacs à dos. Récemment, Julie et moi avons fait deux voyages de trois semaines en Europe avec seulement des bagages de cabine (format « carry-on »).

Voyager léger

Il y a deux contraintes de base quand on voyage léger en avion : la grandeur de valise permise et le poids (habituellement 10 kg). Une guide de voyage (lien ci-dessous) vise 8 kg pour sa valise afin de pouvoir bien la manipuler et pour se donner un peu de jeu. Pour ce faire, elle pèse chaque morceau avec une balance de cuisine. Sans aller jusque-là, on a utilisé la balance pour choisir les morceaux de vêtement quand on était ambivalent. Ça devient rapidement un jeu (ou une obsession). Par exemple, on a mesuré l’avantage en fait de poids et espace de pantalons qui se transforment en shorts.

Porter un sac à dos sur un tapis roulant vers la sortie de la gare de Madrid avec publicités au plafond.

Un principe – qui va contre mes instincts – est énoncé par l’animateur et rédacteur Rick Steves : faites vos valises en présumant que tout va bien aller et vous achèterez ce qu’il faut s’il y a un problème (évidemment cela dépend de notre destination).

Si se limiter à 8 kg permet aussi d’ajouter quelques petits souvenirs dans sa valise au cours du voyage, on est quand même restreint dans ce qu’on va rapporter (et donc acheter) comme souvenirs – ce qui n’est pas une mauvaise chose quand on veut s’inspirer du minimalisme. Par contre, si on a des cadeaux à rapporter, de préférence consommables (voir la section « souvenirs de voyage » de notre billet sur les cadeaux), les achats à l’aéroport permettent de contourner les limites de poids et de liquides.

Valise ou sac à dos?

Ruelle en escalier de pierre à Grenade.

Choisir une valise sur roues ou un sac à dos dépend de la nature du voyage et de sa condition physique. Si les déplacements avec les bagages sont surtout à l’intérieur d’aéroports et en taxi, alors la valise sur roues sera plus pratique. Si on a une variété de déplacements, par exemple en transport en commun entre aéroports/gares et logements, le sac à dos est bien pratique, surtout si on doit monter des escaliers ou marcher sur des rues en pavés. En fait de sac à dos, l’idéal en est un qui se transforme en valise souple, en recouvrant les courroies. Cela rend le sac plus facile à placer dans des compartiments d’autobus ou de train et à enregistrer à l’aéroport si l’occasion se présente. Il existe des sacs à dos qui ont aussi des roues, mais il faut considérer leur poids.

Intérieur d'un wagon de train en Espagne.

Un petit sac à dos pour les excursions est aussi utile. Le mien s’attache à son grand frère, me libérant ainsi les mains en déplacements. Mais pour notre dernier voyage où nous allions faire surtout du tourisme urbain – dans des villes célèbres pour leurs pickpockets – j’ai choisi d’essayer le fameux « man purse » (le petit sac en bandoulière). Ce sac est pratique pour organiser ses choses et a l’avantage de pouvoir être porté devant soi. On a constaté que ces sacs sont à la mode dans ces villes de pickpockets. Mais à la longue, je le trouvais moins confortable que le petit sac à dos. 

Wagon du métro de Barcelone.

En matière de sécurité, il faut être plus vigilant quand on porte notre sac sur le dos dans un métro ou sur la rue – les voleurs peuvent ouvrir les poches extérieures ou couper le fond du sac. Un petit truc de sécurité a été de mettre mes cartes bancaires dans une poche de pantalon avec fermeture éclair et d’y ajouter une petite épingle de sûreté noire (discrète). Je sais que c’est un peu ridicule (et je me suis piqué quelques fois), mais comme un ami m’a dit qu’il avait retrouvé une main étrangère dans sa poche avant dans le métro de Barcelone, je me suis dit qu’on ne peut faire trop attention.

Cubes de paquetage

Pour notre dernier voyage, nous avons constaté l’utilité des cubes de paquetage dans une valise minimaliste. Ils permettent de garder son linge en ordre même si on dispose de peu de surfaces dans la chambre et de rapidement vider et remplir son sac à dos. On en a utilisé chacun trois pour les vêtements propres et un pour le linge sale. 

Valise minimaliste : cubes de paquetage, vêtements de voyage et trousse de toilette.

Les salles de bain d’appartements Airbnb (et parfois aussi des hôtels) ont habituellement très peu d’espace pour déposer ses effets. On s’est donc muni d’un sac léger avec compartiments et crochet afin de le suspendre avec tous nos articles. Dans l’esprit minimaliste, on a partagé le même sac.

En avion

L’avantage principal de voyager léger est de ne pas enregistrer de bagages, ce qui épargne coût, attente à l’arrivée, et risque de perte des valises. Cependant, il y a toujours un petit risque de ne pas avoir d’espace dans les compartiments au-dessus des sièges et se retrouver avec sa valise aux pieds. À l’occasion, la compagnie aérienne anticipe cela et demande, avant l’embarquement, des volontaires pour enregistrer les valises sans frais. On a vu que ces valises sont apportées directement du comptoir à l’avion et donc le risque de perte est faible. Ça épargne de l’effort, mais il faut être prêt pour cette éventualité (la valise bien identifiée et avoir dans un autre sac ce dont on aura besoin dans l’avion et nos essentiels). 

Évidemment, si on a un billet qui permet d’enregistrer une valise, on voudra peut-être le faire au retour pour éviter de trimballer nos bagages dans l’aéroport; et les conséquences sont moindres si la valise prend du retard. 

Le guide de voyage

Voici un truc qui va tester votre relation aux livres (voir notre billet sur les bibliothèques). Si vous utilisez un guide de voyage, séparez-le en sections avant de partir. Laissez à la maison les chapitres ayant trait aux régions que vous n’allez pas visiter. Puis quand vous visitez une ville ou région, n’ayez sur vous que le chapitre pertinent. Quand vous quittez la région, vous pouvez soit remettre ce chapitre dans la valise ou le déposer au recyclage afin de réduire le poids.

Hygiène

Évidemment, un « carry-on » pour trois semaines signifie qu’il faudra laver des vêtements. On recherche des Airbnb avec laveuses et sinon, on peut utiliser une buanderie. En Croatie, on a dû acheter du savon pour les laveuses. Nous avions donc apporté en Espagne quelques « pods » dans des contenants étanches (selon les normes de liquides pour avions), mais en fin de compte il y avait du savon à tous les endroits.

On s’est aussi rendu compte que ce n’est pas toujours évident d’utiliser les électroménagers avec des étiquettes en langue du pays ou des symboles supposément universels. Parfois on nous a laissé les instructions; sinon un bon truc est de trouver les instructions sur Internet (ou demander à l’hôte). Je ne suis pas évidemment le seul à avoir fait cette constatation; dans la liste des ressources ci-dessous, vous trouverez une vidéo de voyage (en anglais) avec une démonstration utile des laveuses en Europe.

Même situation à la buanderie. En Croatie, une dame nous a gentiment expliqué comment utiliser les machines – heureusement, car le savon était fourni automatiquement dans la laveuse; je ne sais pas ce qui serait arrivé si on y avait ajouté le nôtre!

Nous n’avons pas encore eu à faire du lavage dans un lavabo, mais si on restait à l’hôtel ce serait peut-être le cas (à moins de payer pour le service). Deux vidéos ci-dessous donnent des trucs à ce sujet.  

Deux autres petits conseils : Si vous êtes un peu germaphobe, apportez des lingettes antibactériennes pour l’avion (l’écran, la tablette) et pour quelques points de contact de la chambre d’hôtel ou de l’appartement. Et pour ceux qui aiment se laver avec une débarbouillette, ça semble plutôt rare dans certains pays; c’est utile d’en apporter une. 

L'Alhambra de Grenade avec une citation  relative à la valise minimaliste : Détachez et n'apportez que les chapitres pertinents de votre guide de voyage. Sentez-vous libre de les conserver ou non après chaque étape.

Communications

Pour nos deux récents voyages, nous avons essayé cette combinaison qui a bien fonctionné : pour un téléphone nous avons ajouté un forfait de voyage de notre fournisseur canadien et pour l’autre nous avons acheté une carte SIM prépayée sur place. Pour un séjour de trois semaines, la carte SIM est une bonne aubaine pour les données (en Espagne : 15 G pour 20 euros). Le forfait canadien est plus limité pour les données, mais comprend les appels et textos vers le Canada et permet d’avoir un numéro canadien toujours actif. 

Bien qu’on ait souvent accès au Wi-Fi, une quantité de données élevées est utile si on utilise Google Maps ou si on veut accéder à Internet en déplacement. De plus, avec certains téléphones, il est possible de permettre à un autre téléphone d’utiliser sa connexion cellulaire pour les données (ce n’est pas idéal car il faut reconnecter quand on ouvre le téléphone, mais ça permet de minimiser l’usage de données canadiennes quand on n’a pas accès au Wi-Fi). 

L’achat de carte SIM locale est souvent encouragé dans les blogues de voyage, mais ils omettent quelques éléments pratiques : la personne au magasin ne parle pas nécessairement bien le français ou l’anglais et après l’achat on reçoit des textos dans la langue du pays (avec quelques manipulations on peut utiliser Google Traduction pour découvrir que ce sont des messages promotionnels). Il faut aussi bien comprendre le forfait; par exemple, en Espagne tout le monde utilise WhatsApp alors les forfaits ne comprennent pas de textos gratuits.

Ressources

Il existe plusieurs sites, blogues et vidéos sur YouTube qui donnent des conseils quant à la valise minimaliste. Entre autres, Rick Steves, qui produit des émissions pour la télévision et la radio publique américaines sur le voyage en Europe, ainsi que des guides de voyage, a de bons conseils et une liste de paquetage sur son site

Il a aussi enregistré deux présentations très détaillées sur les contenus de valise – une par Rick Steves (utile pour monsieur) et une par une collègue (utile pour madame).

La chaîne YouTube Wolters World présente la vidéo sur les laveuses et détaille une méthode pour faire son lavage en chambre d’hôtel (en anglais).

Et sur notre chaîne YouTube, vous pouvez découvrir un exemple de voyageur avec valise minimaliste et vous amuser à identifier les caractéristiques de voyageurs à petit budget que vous possédez:

Annonce de la vidéo Notre fils est-il un nomade numérique?
8 caractéristiques des voyageurs à petit budget. Arrière-plan: Michel au bord du Saint-Laurent à Québec.
Annonce de la vidéo Visiter Zagreb
Annonce de la vidéo Manger en Europe en voyage

Si vous voulez partager vos trucs, n’hésitez pas à le faire dans les commentaires ci-dessous.

Bon voyage!


Pour rester à l’affût des nouvelles parutions et obtenir accès au Centre de ressources, abonnez-vous à l’infolettre.

Partagez ce billet!

8 commentaires

  • Bonjour,
    vous avez probablement essayer plusieurs type de sacs à dos avant de choisir le vôtre qui semble être un North Face (selon la photo ci-dessus), pouvez-vous nous en dire plus sur votre choix?
    Aussi, j’ai acheté récemment quelques feuilles de détersif dans un magasin en vrac. Je prévois en apporter lors de mon prochain voyage, c’est encore plus léger que des «pods» et aucun risque de dégât 😉 Et puis c’est une nouvelle entreprise qui se veut sensible à la planète alors pourquoi pas 🙂

    • Bonjour Yolaine,
      Mon sac à dos est en effet un North Face, le Backtrack 50. J’ai regardé sur le site de North Face et malheureusement il ne semble plus être produit. C’est un sac de voyage avec la particularité d’avoir un petit sac à dos qui s’attache au sac principal. Je peux ainsi, par exemple, mettre le sac principal au-dessus des sièges dans l’avion et le petit sac à mes pieds. Dans l’aéroport ou la ville, je les attache ensemble.

      Les caractéristiques principales d’un sac à dos de voyage sont, d’après moi, qu’il soit de taille conforme aux bagages de cabine, que l’on puisse « cacher » les bretelles au cas où il faut enregistrer le sac (ça évite qu’elles s’accrochent sur quelque chose), et avec une ou des poignées (le mien a aussi l’option utile d’une courroie en bandoulière). Ensuite, ça dépend de vos préférences pour l’organisation (peu ou beaucoup de poches).

      Julie a un sac de MEC (Mountain Equipment Co). Nos deux garçons ont récemment acheté des sacs de la marque Cotopaxi. Ils semblent très bien conçus et sont en général très colorés. Vous pouvez en voir un dans notre vidéo au sujet de notre fils « nomade numérique » au minutage 3:00 et 7:45 https://youtu.be/-aXCrpF9-Ew

      Merci pour votre commentaire au sujet des feuilles de détersif! Je vais mettre à jour le texte, car c’est en effet ce que l’on a apporté lors de notre plus récent voyage.

      • Merci bcp pour ces infos, c’est très apprécié, je vais aller explorer cela!
        Nous avons déjà eu des sacs à dos avec roulettes intégrées mais,.. comme vous le mentionniez, c’est plus lourd.
        Nous venons d’acheter des petits carry-on mais avec votre info sur le bruit que cela occasionne… on repense aux valises portables pour s’adapter selon les voyages. Merci encore, vos billets sont toujours inspirants ?

        • Vous avez bien raison qu’il s’agit de s’adapter selon les voyages. Si les bagages vont se promener surtout dans des aéroports, taxis et hôtels, des carry-ons avec roues sont certainement moins fatigants. Mais si on a à se déplacer dans des vieilles rues, des transports en commun et des escaliers, le sac à dos est plus pratique… tant que notre corps nous permet de le porter! ?

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.