Animaux de compagnie et minimalisme: est-ce possible de faire bon ménage?

A

Êtes-vous gaga pour votre chien, chat ou même rat? Si oui, vous faites partie d’un nombre croissant de foyers qui optent pour un animal de compagnie. Toutes les raisons sont bonnes pour en avoir un ou de ne pas en avoir selon la perspective des uns ou des autres. Mais là n’est pas le sujet de ce billet. Plutôt, est-il possible d’avoir un animal de compagnie tout en adoptant des pratiques minimalistes?

Pour amateurs de chiens: vidéo à regarder ou écouter avant, pendant ou après la lecture de ce billet: Waiting for love de Avicii

Pour amateurs de chats: vidéo à regarder ou écouter avant, pendant ou après la lecture de ce billet: Catcerto de Mindaugas Piecaitis

Tous les propriétaires d’animaux sont biaisés

Comme propriétaire d’un chien, et précédemment d’un chat, d’un lapin, de poules, et « grand-mère » d’un cochon d’Inde, de rats, et de souris, la réponse est oui. Mais il faut faire preuve de beaucoup de volonté pour résister à l’assaut d’offres toutes les unes les plus convaincantes que les autres. Les entreprises comptent sur le fait que, pour plusieurs, l’animal de compagnie comble un vide et devient alors l’objet d’affection (et de dépenses) sans limite.

Tous les propriétaires dépensent plus qu’ils ne veulent l’admettre

Il est certain qu’il est de la responsabilité des propriétaires de répondre aux besoins de leurs animaux de compagnie : nourriture, chaleur, affection, exercice, soins vétérinaires, etc. La plupart des estimations pour répondre à ces besoins de base d’un chien oscillent entre 2 300 $ et 2 800 $ par année.*

Pour être tout à fait transparent avec nos lecteurs (et pour en avoir le cœur net), Michel a compilé nos dépenses pour Padou, notre Golden Doodle de 8 ans. Dans les derniers douze mois, on a dépensé $11,36 par jour pour ce pitou. Et nous ne sommes pas des proprios gâteau. Les dépenses montent vite quand notre chien a des allergies alimentaires et saisonnières, doit être toiletté 4 fois par année, se fait garder au chenil une ou deux semaines par année, est à jour dans ses vaccins et traitements anti-toutes-sortes-de-bibittes. Et si on doit en plus faire une anesthésie pour radiographie, ça donne 4 146 $ par année. Je vous laisse faire vos propres calculs… 

Mise à jour: la revue Protégez-Vous estime dans son numéro d’août 2020 le coût de la nourriture, litière et soins d’un chat à 2 000$ par année pour une durée de vie moyenne de 15 ans.

Chat noir avec citation relative à animaux de compagnie et minimalisme: Ce n’est pas parce qu’un produit ou service animalier existe qu’il faut l’acheter ou s’en servir.
Photo : Renato Pozaić

Dépenses illimitées possibles

Pour ajouter à ces besoins de base, il existe toute une panoplie de services et de produits attrayants qui peuvent faire grimper les dépenses. Il faut se poser la question : mon animal en a-t-il besoin ou est-ce moi comme propriétaire qui succombe au marketing astucieux des compagnies? Vous n’avez qu’à consulter l’allée de la nourriture pour chiens pour constater toutes les possibilités : avec ou sans grain, ingrédients limités, croquettes ou bouffe molle, crue ou cuite, pour races et âges spécifiques, etc.

Les produits suivants ont-ils vraiment une utilité: poussette et sac de transport ventral pour chien; meubles avec litière ou lit intégré; lance balles, distributrice de traites à distance, caméra pour animaux, jouets élaborés, gâteries appétissantes aux yeux des humains?

Et que dire des vêtements et accessoires pour que les animaux soient coquets dans les photos selon les saisons, célébrations et occasions? 

Mettre des limites d’argent et d’espace

J’ai constaté m’être fait prendre au jeu en voyant la collection grandissante de gâteries qui prenait plus d’une tablette dans l’armoire réservée aux choses de Padou. C’est là que nous avons mis des balises physiques afin de ne pas envahir trop d’espace. Il en va de même pour ses jouets : un bac où tout se retrouve et où l’on remet les jouets quotidiennement. Dans un monde parfait, le chien le ferait lui-même mais bon, ses maîtres ont négligé cet aspect de son dressage.

Il peut y avoir des justifications pour l’achats de produits pour animaux mais, comme pour les humains, il faut se poser la question à savoir si cela nous rapproche de nos priorités ou si ce n’est pas simplement de l’argent dépensé sur un coup de tête. 

Ce n’est pas parce que ça existe qu’il faut s’en servir et encore moins l’acheter.

En conclusion, je suis convaincue que nous avons dégagé davantage les surfaces de la maison avec l’arrivée du chien qui n’hésitait pas à tout se mettre sous la dent. Des propriétaires de chats disent aussi limiter les bibelots que minou aime bien faire glisser par terre avec sa patte. Alors, oui, nos animaux de compagnie peuvent en effet nous pousser à désencombrer!

Ressources :

*Dépenses pour les animaux de compagnie

 *Coût des animaux de compagnie 

Parmi nos billets:

12 nouveaux signes que vous êtes en voie de devenir minimaliste (pour voir une autre photo de Padou)

Julie Charland et Michel Gérin, auteurs du blogue, avec Padou, un chien Golden Doodle blanc

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

7 commentaires

  • J’adore ma grande Baylee et elle m’apporte tellement d’amour! J’ai bien aimé ce billet et oui il faut se limiter parfois car il y a toutes sortes de jouets qui sont disponibles et pas nécessaires.

  • J’aime TELLEMENT cette photo de vous trois!!!
    J’ai longtemps pensé avoir un chien, surtout maintenant que nous vivons à la campagne et j’y pense encore mais plusieurs aspects m’y arrêtent: le poil, l’odeur, la disponibilité, l’entretien, le dressage…
    J’ai pensé plusieurs fois à devenir famille d’accueil pour les chiens Mira; alors mon “contrat” serait de plus courte durée et aussi je jumellerais mon amour des chiens et mon besoin d’aider les humains…
    Mais bon… Ça reste dans mes pensées…

    P.S. Comme je suis entourée d’animaux sauvages de toutes sortes, pas une journée ne se passe sans que je sois éblouie par l’un d’eux: présentement, j’observe un merle d’Amérique (rouge- gorge) faire son nid sous mon patio.
    Cet hiver, les chevreuils se sont approchés très très près de la maison contrairement aux autres années et ils ont bouffé notre haie de cèdres: je me suis dit que c’était un juste “deal”, je les nourris et ils nous nourrissent à leur tour…
    Il y a un couple de grands hérons qui reviennent à chaque année et des bernaches et canards de toutes sortes…
    Renard, mouffette, raton laveur, marmotte, hermine, castor, grenouille et pleins d’oiseaux…Nous sommes entourés de vies!!!

  • J’ai adoré ton blog car c’était très intéressant. J’ai un chat et maintenant qu’elle vieillit, il semble qu’elle a une maladie à soigner chaque année. Nous l’aimons bien et nous trouvons un moyen de payer. Merci pour ce blog; j’ai aimé ça! Maggie

  • C’est pour cette raison que je n’ai pas d’animaux à la maison même si je les adore. C’est une grande responsabilité et pour moi il faut être capable de sortir 500€ si par exemple il a avalé quelque chose qu’il ne fallait pas, ou se met à faire des pelades ou je ne sais quoi. J’aurai des animaux à la maison le jour où j’aurai les moyens de les assumer, en attendant je fais des dons ponctuels à des assos véganes et de protection animale quand j’en ai les moyens.

Avez-vous lu?