Planifier les repas de la semaine: économie et santé

S’il y a une chose que nous avons tous en commun, c’est le besoin de manger, et pour la plupart d’entre nous, c’est trois fois par jour. Selon la maisonnée, il faut aussi prévoir des collations et les repas ailleurs qu’à la résidence, et souvent pour plusieurs personnes, adultes et enfants. Et si l’on vous disait qu’à planifier un tant soit peu vous pouvez épargner temps et argent, et améliorer votre bien-être? Voici donc comment et pourquoi planifier les repas de la semaine.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Burnout Fugue par Alexandra Stréliski

Analyse des dépenses alimentaires 

Une première étape consiste à savoir combien ça coûte nourrir notre maisonnée. Ici, on ne parle pas de comptabiliser uniquement les talons de caisse d’épicerie. C’est un premier calcul, mais il faut prendre en considération toutes les dépenses alimentaires.

C’est souvent tous les à côté qu’on oublie qui font monter les coûts. Voici un petit exercice à faire pendant une semaine; vous pourriez avoir des surprises.

Faites le bilan en tenant compte des dépenses alimentaires de tous les membres de votre famille. La liste suivante peut vous guider. Je suggère d’aller du dimanche au samedi.

Nourriture achetée qui se rend à la demeure :

  • lors de l’achat principal incluant : épicerie, boucher, marché, fromager, boulangerie, etc.
  • pour les oublis : au dépanneur, station-service, pharmacie
  • achat fait en gros (diviser le montant pour avoir la part hebdomadaire) : par exemple, quartier de viande et cannages, mets congelés d’un traiteur 
  • livraison/service de boîtes repas à préparer
  • plats de restaurants (livrés ou pour emporter)
  • vendeurs itinérants (biscuits, chocolat, crème glacée)

Nourriture achetée et consommée ailleurs qu’à la maison :

  • cantine du travail ou de l’école
  • repas aux restaurants, bistros, bars
  • repas prêts à manger achetés le midi
  • collations obtenues lors de sorties
  • collations achetées au travail ou à l’école
  • café sur place et pour emporter
  • collations procurées à la caisse lors d’autres emplettes non alimentaires

Autres achats de nourriture particuliers à votre famille

  • ajouter ces dépenses s’il y en a.

Budget pour la nourriture

Dans le meilleur des cas, les gens ont un budget pour l’achat de nourriture et le respectent. Une autre situation, c’est d’avoir un budget, mais ne pas réussir à le respecter. Un pire scénario, c’est de ne pas avoir de budget ni savoir combien se dépense en nourriture. 

Vous vous situez quelque part parmi ces scénarios. Or, si vous voulez améliorer votre situation financière, il faudra faire quelques efforts afin de comprendre vos dépenses et vos revenus. Plusieurs ressources pourront vous aider; un bilan près de la réalité hebdomadaire pour la nourriture facilitera votre planification. Si vous n’avez aucune idée, à partir de votre comptabilité de frais en alimentation avec l’exercice proposé un peu plus haut, établissez le montant à dépenser chaque semaine ou à chaque mois pour votre budget. Ou peut-être connaissez-vous le prix habituel des produits en magasin?

Dans presque tous les cas, la façon la plus simple de faire des épargnes est de ne pas débourser d’argent pour de la nourriture sur le pouce au quotidien. Cela veut dire prévoir son lunch et ses collations en les apportant de la maison. Ainsi que son café et son muffin du matin. Et c’est là que la planification entre en jeu.

Et si vous choisissez d’aller au restaurant, il y a des options plus économiques que d’autres.

Menus de la semaine

Il y a plusieurs façons de planifier les repas. Tout peut être prévu ou seulement les repas principaux. Pour certains, le repas du soir est préparé en plus grande quantité afin d’offrir des restes pour les lunchs du lendemain ou même permettre un deuxième repas sans préparation. 

Certains jurent par la cuisson par lots (batch cooking), soit une planification des repas et la préparation de plusieurs éléments à l’avance; voir le lien à une vidéo explicative ci-bas. Des menus avec listes d’ingrédients se trouvent assez facilement sur Internet.

Notre préférence est de prévoir 5 repas où l’on double la quantité requise pour nourrir la famille. Cela permet d’avoir les restants pour les lunchs du lendemain (ou à mettre au congélateur pour des midis sans restants) et d’avoir de quoi confectionner un autre repas. Nous choisissons les 5 recettes, vérifions quels ingrédients sont déjà dans la maison et dressons la liste d’épicerie dont on ne déroge à peu près pas. De plus, habituellement, il y a la préparation de muffins ou barres pour les collations de la semaine. Vous découvrirez dans le Centre de ressource la fiche que nous remplissons pour la planification et les épiceries. Plusieurs autres modèles existent sur Internet.

Pour simplifier le choix, il nous arrive d’adopter un livre de cuisine et de faire presque toutes les recettes qui s’y trouvent. C’est un bon défi qui nous sort de la zone de confort tout en offrant ce qui tombe dans nos goûts puisque nous avons choisi le livre de recettes.

Couverture du livre de recettes The Looneyspoons Collection avec les pages étiquettées en arrière-plan.
Nous avons complété 315 des 329 recettes de ce merveilleux livre de recettes!

Afin de minimiser les coûts, les choix de plats peuvent être influencés par ce qui est en vente dans les circulaires. D’ailleurs, certains sites en ligne suggèrent chaque semaine des menus à petit budget en tenant compte des aliments au rabais (voir l’exemple ci-dessous).

Nous avons aussi récemment suivi un programme de huit semaines où tous les repas et collations étaient prévus avec recettes et liste d’épicerie. Ce que nous avons aimé de l’expérience, c’est de ne pas avoir à penser aux repas ni aux collations puisque tout était dicté. Avoir une liste d’aliments déjà dressée où il ne faut qu’indiquer ce qu’il nous manque s’est avéré très pratique aussi. Le referions-nous? Peut-être, mais en s’offrant plus de liberté. Nous avons découvert de nouvelles recettes et d’autres que nous ne répèterons pas.

Quelle est l’alternative à planifier les repas? Le hasard et la facilité. Dans les deux cas, ça risque de coûter plus cher, être moins nutritif et prendre autant ou plus de temps que la préparation d’un repas planifié… avec frustrations en sus.

Image de la fiche de planification des repas disponible dans le centre de ressources.

Participation de la maisonnée

En sachant d’avance quels seront les repas, il est plus facile de mettre chacun à contribution. Chaque membre de la famille peut choisir le repas qu’il veut préparer, ou aussi trouver la recette et s’assurer que les ingrédients sont sur la liste d’épicerie. Bien sûr, plus l’enfant est jeune, plus il devra être appuyé jusqu’à ce qu’il devienne autonome. C’est donner de la responsabilité à chacun et des habiletés qui serviront la vie durant. Fini le chialage que ce n’est pas à leur goût, pas encore prêt ou que c’est la même chose. Une nouvelle appréciation pour la préparation des repas se développera rapidement surtout si les repas sont partagés et célébrés à table de façon régulière.

Flexibilité assurée

Peu importe le modèle emprunté pour faire des menus hebdomadaires, il y a toujours place à de la flexibilité. Les repas peuvent être interchangés selon les besoins, l’humeur, la fatigue, l’horaire, les dates de péremption. Même dans le programme ultra détaillé que nous avons suivi, nous avons fait quelques substitutions et des ajustements pour tenir compte de la vie.

Et puis, une fois par semaine, ça vaut la peine de vérifier ce qui traîne afin d’éviter du gaspillage de nourriture. Il y a presque certainement de quoi faire un repas surprise. 

Citation relative à planifier les repas: Il est plus facile de mettre chacun à contribution lorsque les repas sont planifiés. - Julie Charland. Arrière-plan: bâtons de spaghetti en rangées.
Photo: Renato Pozaić

Découvertes et aventures

Lorsque nous voyons une recette intéressante sur Internet, dans un journal ou une revue, nous la retenons pour l’intégrer à un prochain menu. Cela nous permet d’essayer des nouveautés, anticiper le repas et nous ouvrir à des goûts différents. Il est aussi possible de se donner des thèmes, comme le lundi sans viande, la nourriture liée à une culture particulière, ou le partage hebdomadaire d’un repas (moins évident en temps de pandémie, j’en conviens).

Le choix de repas au menu influencera certainement la valeur nutritive, mais il y a fort à parier que ce sera mieux que des livraisons de restaurants, des arrêts à des restos rapides ou des plats usinés. Si vous cuisinez la plupart de vos repas, vous consommerez des aliments de meilleure qualité tout en contrôlant l’apport en sel, sucre et gras. 

À la longue, planifier les repas permettra d’économiser, d’améliorer votre alimentation et d’apprécier davantage votre famille. Votre corps, votre portefeuille et vos relations familiales s’en porteront mieux.

Ressource:

Le blogue de parfaite maman imparfaite

Vidéo: Planifier les repas, pratique et économique!

Vidéo: C’est quoi le “batch cooking”?

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

Ajoutez un commentaire

Avez-vous lu?

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Abonnez-vous
à l'infolettre

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.