Se libérer du passé

Bien sûr, vous avez des souvenirs du passé, d’événements moins agréables et même du stress causé par le comportement d’autres personnes. Voyons d’abord comment ces souvenirs peuvent nuire à notre présent et notre futur, et ensuite comment le minimalisme peut aider à se libérer du passé.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Rêverie en fa dièse majeur  par Stefie Shock

Laissez aller le passé 

Lorsque des souvenirs du passé remontent en surface et vous ramènent à des émotions et à des doutes sur votre valeur et capacité, rappelez-vous qu’ils ne sont que de passage; vous n’avez pas besoin de les accueillir. Ils n’ont plus de rôles à jouer chez vous et vous n’avez pas à porter de jugement sur votre vécu. Soyez tout simplement reconnaissant d’être à une autre étape de votre histoire. Imaginez un train avec vos pensées désagréables et traces du passé. Ne lui donnez pas d’importance, n’arrêtez pas ce que vous faites; il va poursuivre son chemin. 

À continuer d’entretenir votre passé, vous lui accordez une place et une priorité dans votre vie. L’idéal c’est de laisser fuir ses pensées sans s’y attarder afin de mettre davantage l’accent sur le présent. Dire au revoir à ce qui n’est plus permet de dire bonjour à ce qui est là et nous attend. 

C’est possible d’alléger le poids du passé, même si vous ne voyez pas trop comment. C’est possible de vous sentir bien aujourd’hui même si vous ne croyez pas le mériter. Vous avez tout à gagner en misant sur le présent.

Les idées noires

Parfois, en pensant nous protéger, nous enrayons plutôt les occasions de réussir. Est-ce une habitude? Un mécanisme de défense? Ou plutôt, une faible estime de soi?

S’attendre à ne pas réussir : en se préparant à échouer, on n’est pas déçu si ça arrive. Mais vivre en se convaincant qu’on ne réussira pas, c’est un peu se vouer à l’échec et surtout, manquer de confiance. Les pensées qu’on lance dans l’univers nous reviennent.

S’attendre au pire : en s’imaginant que le pire adviendra, on laisse ces idées envahir notre esprit et prendre la place des pensées de gratitude et de bonheur, de joie, de paix, de productivité, de sens, de la vie quoi! À vivre en attente de la déception et de la souffrance, vous la subirez et serez contrarié.e par la vie telle que vous la percevez.

À force de s’avouer vaincu en partant, cela devient notre façon de vivre. Oui, c’est possible que votre passé soit compliqué et que d’autres l’ont eu plus facile. La bonne nouvelle? Vous pouvez contrôler vos pensées et vos réactions.

Citation relative à se libérer du passer: En faisant de la place pour le présent dans sa demeure, il y a moins d'occasions de se laisser envahir par le passé. - Julie Charland Chemin de fer.

Le minimalisme pour se libérer du passé

Vous voyez peut-être déjà le lien entre les pensées qui handicapent le présent et le poids de vivre avec trop de choses.

L’habitude de se laisser languir dans les pensées reliées au passé, aux souffrances reliées, de continuer de faire comme avant, c’est écrasant à la longue. Pourtant, il y a moyen de sortir de cet environnement suffoquant, dans sa tête tout comme dans sa demeure. Facile? Non. Possible? Oui.

Pour commencer, réduire. Réduire ses objets, ses engagements, ses réflexions du passé. En éliminant les rappels visuels, les habitudes et les relations qui se rattachent au passé, il y aura moins de déclencheurs de souvenirs. En faisant de la place pour le présent dans l’intérieur de notre domicile, il y a moins d’occasions de se laisser envahir par le passé.

Ensuite, laisser-aller la peur que l’on s’est imposée. Celle qui nous empêche de profiter du beau… de peur qu’il disparaisse, qui nous empêche de tisser des liens… de peur d’être blessé, qui nous empêche de rompre des liens nocifs… de peur de se retrouver seul. Le risque à laisser-aller le passé, c’est de se retrouver dans une situation qui se vit dans le présent. De cette façon, les boulets du passé ne limiteront plus autant les occasions de jouir du présent.

Aussi, se détacher de certaines habitudes et croyances qu’on ne remet pas en question souvent. Vous n’êtes pas vos relations, vos horaires, vos possessions. Votre valeur réside en votre personne. Ne perdez pas de vue qui vous êtes dans une liste de choses à faire à n’en plus finir ou un calendrier qui ne permet pas de respirer pour vous faire oublier le passé. Ce que vous faites n’est pas qui vous êtes.

En laissant aller les idées toutes faites de ce qu’est le succès, le bonheur, une vie réussie, vous ouvrez la place à ce qui importe pour vous. Il faut se donner du temps et de l’espace pour identifier ce qui est vraiment important pour vous. En abandonnant les idées de comment devrait se dérouler notre existence, on se dégage du stress associé aux attentes, aux frustrations et à l’incontrôlable. Surtout, on s’offre la chance de reconnaître la beauté de ce que l’on vit présentement. C’est plus agréable que de survivre en songeant que ça devrait se passer autrement. 

Dans un récent billet, nous abordions le fait que notre réaction est le pouvoir sur lequel nous exerçons un contrôle. C’est là que réside la force de l’humain.

Laissez passer les rappels du passé sans en être victime. Ne lui accordez pas d’importance. Vous êtes en contrôle de votre réaction. Laissez le présent avoir priorité.

Ressource:

L’estime de soi

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

4 commentaires

Avez-vous lu?

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Abonnez-vous
à l'infolettre

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.