Comment se départir d’une collection (intentionnelle ou accidentelle)

C

Collectionneuse bien malgré moi

Lorsque j’étais à l’université, ma mère m’a offert une petite grenouille porte-bonheur à porter sur une chaine. Peu de temps après, j’ai reçu d’une tante un petit coffre en étain en forme de grenouille. Et puis, ce furent des souvenirs de voyage qu’on me rapportait avec comme effigie, vous le devinez bien, la grenouille. Sans n’en avoir jamais manifesté le désir, j’étais devenue collectionneuse de grenouilles. Les gens voyaient que j’en avais et en rajoutaient à ma « collection » bien malgré moi. Entre autres, j’avais un ouvre-lettre (la langue était très longue!), une loupe, des bas, des jouets d’enfants, des paniers… en plus de nombreuses grenouilles de différents matériaux. J’admets qu’il y en avait quelques-unes plus attachantes que d’autres, comme la grenouille hippy.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Les Médecins de Molière – musique de Jean-Michel Ouimet (Klash Media)

Rompre le cercle vicieux

Cela m’a pris plusieurs années avant de faire l’impensable, soit remiser les grenouilles dans une boîte dans un fond de garde-robe. Plusieurs années plus tard, en ouvrant cette boîte, j’ai vu du plastique détérioré et une grande culpabilité a surgi. J’en ai retiré quelques-unes des plus intéressantes, jeté ce qui n’avait pas bien vieilli et offert le reste de la collection sur le site local « Buy Nothing » où j’ai fait une heureuse sans effort.

À l’occasion, on me demande où est ma collection de grenouilles. C’est à ce moment que je révèle la vérité : je n’ai jamais intentionnellement collectionné de grenouilles. La réaction est souvent de raconter une histoire semblable, comme celle des amis qui avaient suivi un cours de golf et dont tous les cadeaux reçus avaient maintenant rapport à ce sport. Comment cela a-t-il pu arriver? Avec du recul, j’admets au moins deux erreurs : ne pas avoir indiqué que je ne voulais pas de grenouilles et les avoir regroupées et mises en évidence.

De vrais collectionneurs 

Vous vous insurgez peut-être en lisant ceci en vous disant que plusieurs personnes choisissent intentionnellement de collectionner certains objets. Vraiment? Pensez-y bien : il y a de fortes chances que ce sont des parents ou de la famille qui ont initié la collection, peut-être même en se débarrassant de la leur. Si vous vous retrouvez avec une collection donnée et agrandie de timbres, de dés à coudre, de cartes de hockey, d’objets à l’effigie d’une vedette ou d’un animal, de sacs pour la nausée en avion (oui, j’en connais un!), et qu’elle ne vous apporte plus de joie, de fierté ou autre sentiment positif, vous avez le droit de vous en départir.

Je vous confie un secret : à moins que vous collectionniez de l’or ou des pièces de monnaie, il y a de fortes chances que personne ne voudra de votre collection, pas même vos enfants. De plus, elle n’a probablement que peu de valeur. Mon fils a tenté de vendre l’équivalent de quatre boîtes à souliers de vieilles cartes de hockey qu’il avait accumulées et reçues en cadeau d’anciens collectionneurs. Il a consulté des vendeurs de cartes au merveilleux marché public de St-Jacobs qui, après avoir ri de lui, lui ont suggéré de les offrir gratuitement à un « petit jeune ». Il s’en est bien tiré : sur Kijiji un parent lui a offert deux bières en échange du tout, ce qu’il a allègrement accepté.

Citation relative à se départir d'une collection : À moins de collectionner de l’or ou des pièces de monnaie anciennes, il y a de fortes chances que votre collection ait peu de valeur et que personne n’en voudra, pas même vos enfants. Arrière-plan: théières à l'envers
Photo : Renato Pozaić

Comment se départir d’une collection (donner ou vendre)

  1. (DONNER) Commencez par sonder le terrain auprès de votre famille pour voir s’il y a des intéressés. Si oui, ils doivent prendre la collection immédiatement. Rien ne sert de l’entreposer chez vous pour eux. S’ils n’ont pas de place, c’est dommage. Passez à la prochaine étape.
  2. (VENDRE) Faites une recherche rapide sur Internet par rapport à la valeur de vos objets. Si vous voulez en avoir le cœur net, communiquez avec un vendeur et demandez combien il vous offrirait pour votre collection. Sachez que vous aurez probablement à prendre des photos des différents éléments de votre collection. Soyez prêt à être déçu.
  3. (VENDRE) Si vous voulez tenter de vendre votre collection au public, affichez vos photos avec une description sur un site de vente régional en ligne. J’affectionne les groupes Facebook de villages ou quartiers, mais il y a des sites plus généraux comme Kijiji et certains spécifiques pour collectionneurs. Soyez prêt à être déçu.
  4. (VENDRE) Si vous tenez encore à avoir de l’argent pour votre collection invendue, je vous suggère de la défaire et de présenter des lots par exemple de 5 articles. Affichez des prix modestes si vous voulez vraiment vendre. Soyez prêt à être déçu.
  5. (DONNER) Si vous voulez vous simplifier la vie, je vous recommande d’éviter toutes les étapes d’essais de vente. Je vous invite à tout donner, avec générosité, à quelqu’un qui accepte de prendre vos affaires. Remarquez que cette personne vous rend service. C’est à vous d’être reconnaissant bien qu’elle le sera sûrement aussi.
  6. (DONNER) Annoncez que vous voulez donner votre collection sur un site local qui permet de donner; personnellement, j’aime bien sur Facebook « Buy Nothing », mais il y en a d’autres, même de vente, qui permettent de donner. Donnez sans condition et sans attente.
  7. (DONNER) Il est possible d’amener et donner la collection à un magasin tenu par un organisme de charité qui se fera peut-être quelques dollars avec vos morceaux, pour une bonne cause.
  8. (DONNER) Si vous aimez particulièrement certains objets de la collection, rien ne vous empêche d’en retirer un ou deux morceaux et de les garder.

Lorsque vous avez réussi à vous départir de la collection, par vente ou don, célébrez cette nouvelle étape. Vous sentirez peut-être un peu de nostalgie, mais retrouverez de l’espace et du temps auparavant consacré au dépoussiérage.

Et vous, êtes-vous devenu collectionneur par erreur? Bonne réflexion!

Ressources:

Delcampe: site pour vendre ou acheter des objets de collections

Parmi nos billets:

Doit-on se sentir coupable de mettre des objets à la poubelle? Une réflexion sur les dépotoirs

Se départir d’objets anciens: à prendre avec des gants blancs?

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

1 commentaire

  • I love it! I actually remember hearing how you collected des “grenouilles”. I believe I’ve even contributed to the collection. Good for you for “coming out” haha!
    I know others that have shared similar experiences. This may prompt the courage they need.

Avez-vous lu?