Se départir d’objets anciens: à prendre avec des gants blancs?

S

Y a-t-il chez vous des objets provenant de générations précédentes? Conservez-vous des objets pour la prochaine génération? Parlons de patrimoine et minimalisme, et comment se départir d’objets anciens.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Les deux Arabesques  de Claude Debussy interprétées par Héloïse de Jenlis

J’ai lu un article au sujet d’un tableau de Léonard de Vinci vendu pour 450 millions $. Ce qui m’a frappé c’est la photo de la dame qui tient le tableau (avec des gants blancs, évidemment) lors de la vente aux enchères. Je me demandais si ses mains tremblaient, si elle était nerveuse de tenir une œuvre historique qui allait se vendre pour une telle somme.

Je pense aussi au film Bean. Dans ce film, M. Bean éternue sur un tableau qui a aussi une grande valeur historique (peinture par James Whistler appartenant en réalité au Musée d’Orsay à Paris). Plus il essaie de réparer son dégât, plus il aggrave la situation. Tout en riant, je ne pouvais m’empêcher de penser à ma réaction si c’était moi à sa place.

Même si la plupart d’entre nous n’avons pas des tableaux valant des millions dans notre salon, nous avons peut-être des objets – des œuvres d’art, des bijoux, des meubles, de la vaisselle ou des livres – issus du patrimoine familial et qui ont, ou non, une valeur sentimentale ou monétaire. 

Le stress muséal

Dans mes deux exemples de tableaux, ces gens sont, dans la réalité ou la fiction, payés pour manipuler ces œuvres de grande valeur. On ne devrait pas se créer, nous, simples citoyens, le stress d’avoir à conserver des objets comme s’ils étaient dans une galerie. On a déjà assez de responsabilités dans nos vies pour ne pas se donner celle d’un conservateur de musée (à moins qu’on le souhaite). 

Dans un esprit alliant patrimoine et minimalisme, je crois qu’il est bon de se rappeler que ces meubles, morceaux de vaisselle et autres articles ont été créés pour un but. Il ne faut pas hésiter à s’en servir ou les exposer. S’ils ne sortent jamais de l’armoire, ils ne sont utiles à personne. Et l’on ne devrait pas présumer que la prochaine génération les attend avec impatience. Enfin, l’on ne doit pas faire un drame si l’on brise ou perd une telle pièce (oui, c’est plus facile à dire qu’à faire).

Conséquemment, si l’on donne un article ancien à un proche, on ne devrait pas imposer l’attente de conservation muséale. Le but d’un cadeau n’est pas de créer de l’anxiété.

Citation : Y a-t-il lieu de se départir d’objets anciens dans son cheminement vers un futur simple? Arrière-plan : Cinq tasses à thé empilées devant un fond fleuri.

Photos par Maggie Terlecki. Ses photos sont en vente en ligne.

Se départir d’objets anciens?

Évidemment, si l’on a accepté la responsabilité d’héberger un objet pour qu’il soit transmis de génération en génération, il faut respecter l’intention… tout en évitant de se culpabiliser si un incident fait que son trajet s’arrête avec nous.

Si on aime le morceau, s’il est utile, embellit notre demeure ou est un investissement qu’on vendra pour contribuer à notre retraite, et que l’on a de la place pour lui, on le garde.

Mais s’il ne répond à aucun de ces critères? On devrait alors penser à s’en départir. On peut le vendre en ligne, chez un antiquaire, etc.; le donner à un proche (sans condition!), à un musée, à un café local, etc.; ou le jeter. Malheureusement, ce n’est pas parce qu’un objet est vieux qu’il a une valeur commerciale. Quelques-uns de nos billets (liens ci-dessous) peuvent vous apporter d’autres idées. 

Une autre option peut être de le transformer, surtout en ce qui a trait à un meuble, pour lui donner une deuxième vie. Aussi, certains joailliers sont capables de modifier des bijoux pour obtenir un look plus moderne. Enfin, des artisans et des artistes peuvent être heureux de recevoir ces pièces ou bijoux pour créer de nouvelles œuvres. Les images* dans ce billet sont des créations de la photographe Maggie Terlecki à partir de tasses données par ma mère lors d’un déménagement.

Et vous? Y a-t-il lieu de vous départir d’objets anciens dans votre cheminement vers un futur simple? Vous pouvez partager ci-dessous votre point de vue sur ce sujet de patrimoine et minimalisme.

Pour continuer la réflexion (et rire un peu)

Peindre un vieux meuble, un sacrilège?

Que faire avec sa bague après un divorce?

Extrait du film Bean (10 minutes, en anglais)

Un futur simple:

Où donner quoi : liste d’endroits pratiques

Comment se départir d’une collection (intentionnelle ou accidentelle)

Se départir de livres : sacrilège ou bonne action?

*Images modifiées avec la permission de l’artiste pour les contraintes de notre site.

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

2 commentaires

  • Je suis ravie que vous puissiez utiliser ces photographies. Je suis tellement contente des tasses et j’attends que mes fleurs fleurissent pour en prendre plus. J’ai de beaux plats de ma mère que j’utilise aussi dans ma photographie parce que je ne bois pas de thé, mais j’adore à quel point ils sont magnifiques avec une fleur fantaisie flottant à l’intérieur. Cet article m’a également fait réfléchir. J’ai des couverts de ma mère, que je n’utilise probablement qu’à Noël, mais c’est juste de l’acier inoxydable de grande qualité. Cela ne vaut rien pour personne sauf moi et j’ai décidé de les utiliser quotidiennement car ils sont si merveilleux avec une forme et une sensation agréables et je suis sûre que ma mère serait si heureuse que je les utilise. Merci pour les conseils et pour le partage de mes liens, très appréciés! 🙂 Maggie

    • Merci encore Maggie pour vos photos. Merci aussi pour votre commentaire; je suis content que notre billet vous ait inspirée, en cette fin de semaine de la Fête des mères, à utiliser les couverts de votre maman.

Avez-vous lu?