Doit-on se sentir coupable de mettre des objets à la poubelle? Une réflexion sur les dépotoirs.

D

Dans plusieurs des billets précédents, nous vous avons encouragé à vous départir graduellement d’articles superflus. Ce n’est pas toujours facile de prendre la décision de se défaire de certaines de ses acquisitions. Vous aurez peut-être aussi une petite pensée pour la planète : où aboutira tout ce qui sort de votre demeure?

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible) : Let It Go (du film « Frozen » de Disney) mixé avec l’Hiver de Vivaldi par The Piano Guys

Donner n’est pas toujours la solution

Bien sûr, nous vous proposons des endroits susceptibles d’avoir besoin de certains objets comme les centres d’hébergement et les refuges pour animaux, et nous encourageons à donner ce qui est « encore bon » à des groupes qui les acceptent comme les magasins tenus par des organismes à but non lucratif. Cependant, certains de vos avoirs n’intéressent personne et doivent tout simplement être jetés. Les refiler à des organisations n’est que perdre le temps précieux des bénévoles. Alors, que fait-on avec ce qui n’est pas recyclable?

On fait notre mea culpa et on reconnait que nos achats, nos accumulations, nos doubles, nos collections en décrépitude ont déjà causé leur tort environnemental. Ces objets existent et seront sources de pollution, peu importe où ils se retrouvent. Voilà pourquoi il faut convenir que le meilleur endroit pour les poubelles, c’est dans un endroit dont la vocation est de s’occuper des vidanges : le dépotoir. 

Jouet mauve avec citation : Nos achats, nos accumulations, nos doubles, nos collections en décrépitude ont déjà causé leur tort et seront sources de pollution, peu importe où ils se retrouvent. Le meilleur endroit pour les déchets est dans un endroit dont la vocation est de s'occuper des vidanges: le dépotoir.
Photo : Renato Pozaić

Prochaines étapes 

  • Ne plus recommencer en évitant tout ce qui n’a pas une longue durée de vie utile.
  • Privilégier les matériaux naturels qui pourront aller au compostage ou au recyclage.
  • Rechercher des moyens afin d’éviter les plastiques, particulièrement ceux biodégradables (voir article ci-dessous) et non recyclables.
  • Garder en tête qu’en réduisant notre consommation de biens inutiles, ce sont des déchets évités.

Dans un monde parfait, nous n’aurions plus besoin de dépotoirs : tout serait composté, recyclé ou réutilisé. Ce n’est pas encore complètement possible bien que le mouvement Zéro Déchet montre que de plus en plus de personnes s’approchent de cet objectif. Mais d’ici là, certaines choses sans valeur doivent tout simplement s’y rendre, car c’est là qu’elles feront le moins de dommage à notre planète. Alors, ne vous gênez pas pour vous défaire de vos traîneries, sans toutefois les remplacer! 

Ressources :

Biodrégadable, c’est bien, non?

Le zéro déchet, c’est quoi?

Ce qui se passe dans un dépotoir  (video en anglais)

Pour poursuivre la lecture: notre billet Répondre aux inquiétudes planétaires par le minimalisme

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

3 commentaires

Avez-vous lu?