Le troc, l’entraide et les voisins

Quatre petits gâteaux sur une rondelle de bois vus en plongée.

Vous souvenez-vous, quand vous étiez plus jeune, que votre mère vous envoyait chercher un œuf ou une tasse de farine chez la voisine? Ou bien, peut-être deviez-vous livrer une assiette de biscuits ou de carrés pour remercier un autre voisin pour un service? Surtout, vous pouviez reconnaître vos voisins et probablement les saluer par leur nom. La vie de quartier faisait qu’on se sentait bien chez soi. Le troc, l’entraide et les voisins font-ils partie de votre vie maintenant que vous êtes adulte?

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Ólafur Arnalds – they sink (TOKiMONSTA remix)

L’autre jour, je me suis retrouvée dans une drôle de situation: j’avais rassemblé les ingrédients d’une recette et commencé à faire le mélange lorsque je me suis rendu compte qu’il me manquait une demi-tasse de cassonade. 

Normalement, j’aurais sauté dans la voiture pour me rendre à l’épicerie. Cependant, notre cher Padou n’était pas bien et devait sortir régulièrement. Je n’osais donc pas le laisser seul à l’intérieur et encore moins à l’extérieur (c’est le genre jappeur à toute distraction). Que faire? Eh bien, comme à l’ancienne, j’ai appelé une voisine et voilà la solution trouvée! Elle m’a par la suite confié qu’elle était allée en chercher au magasin pour m’en offrir. Et ça lui a fait plaisir en plus! 

Est-ce extraordinaire? Bien sûr, mais les gens apprécient les occasions d’entraide et pas seulement entre voisins. De plus, il y a souvent la possibilité d’éviter des dépenses et de l’encombrement.

Dépanner, emprunter et … remettre

Cette façon de faire était plus fréquente dans « le bon vieux temps », en partie parce que les magasins n’étaient pas ouverts aussi fréquemment qu’aujourd’hui. Il est maintenant moins gênant, semblerait-il, d’acheter au magasin que d’emprunter un ingrédient ou un outil.

Pourtant, la plupart du temps, les voisins ou amis acquiescent avec un sourire. C’est l’occasion d’échanger quelques paroles, prendre des nouvelles et d’entretenir des liens.

Il va sans dire que l’on doit rendre ce que l’on a emprunté promptement. Dans ma situation, je crois que quatre bons morceaux de carrés aux dates ont fait l’affaire. D’ailleurs, ces petites attentions sont appréciées par la grande majorité des gens.

Partager les coûts

Certaines dépenses annuelles peuvent se partager. Par exemple, un de nos voisins nous a offert de diviser le coût de la location d’un rotoculteur pour quelques heures: dépenses diminuées de moitié et aucun entreposage! À son initiative, on se partage aussi régulièrement la livraison d’une corde de bois pour les feux extérieurs.

C’est aussi possible de se diviser les coûts pour de la nourriture. J’ai parfois l’occasion d’acheter en vrac une caisse d’un fruit ou d’un légume. C’est plus facile de se servir de la moitié et offrir l’aubaine à une connaissance. Et puis, les quelques fois où j’en avais tout simplement trop, quelques messages et visites aux voisins et j’ai trouvé preneurs.

S’entraider entre voisins

Entre voisins, il est facile de s’aider pour des petites tâches qui peuvent faire toute la différence en cas de besoin. Combien de fois, l’un ou l’autre est allé sortir les animaux de compagnie lorsque la journée ou la soirée s’annonçait longue! Et lors de vacances, ramasser le journal et le courrier, couper l’herbe, et arroser les plantes sont des actions fort utiles (on n’abuse pas tout de même!). Ou passer la souffleuse lorsqu’une convalescence ne permet pas de pelleter.

Et puis, c’est rassurant de savoir que de l’aide est disponible si le besoin se fait sentir. Parfois, ça fait chaud au cœur même si on ne fait pas appel à l’autre.

Les besoins sont tellement grands dans plusieurs communautés que le bénévolat, qui peut se résumer comme de l’entraide organisé, permet à plusieurs de vivre avec plus de dignité.

Citation relative aux voisins : Les liens de confiance établis par de petits gestes permettent de s'appuyer et de s'unir lors de plus grands défis. - Julie Charland Petits pains sur une planche en bois.

Échanger des services / faire du troc

Il nous est arrivé de faire du troc de façon informelle ou un peu par hasard avec des gens de notre village.

Par exemple, des propriétaires de petites entreprises ont réduit le coût de certains services contre de l’appui en informatique ou la production d’un livre photo; des dons et échanges de plantes avec les gens du village.

Un autre exemple gagnant-gagnant: nous avons hérité d’une souffleuse à neige, mais Michel préfère pelleter (je ne sais pas si c’est être minimaliste ou masochiste); nous l’avons donc offerte au beau-frère qui s’en sert bien… et est toujours prêt à venir dégager notre entrée en cas de tempête majeure.

Il y a tellement de possibilités de rendre service et souvent, ça nous revient d’une autre façon. Comme la fois où Michel a aidé la voisine avec la pompe de puisard dans une panne d’électricité et qui nous a plus tard remis des paniers de bleuets cueillis sur la ferme de ses parents.

Entretenir des liens avec ses voisins 

Tout revient aux relations humaines. Prenez le temps de sourire à vos voisins, de leur parler s’ils s’affairent dehors, ou si vous les croisez dans le couloir ou le stationnement. Et s’ils ne répondent pas, c’est qu’ils ont vraiment besoin de votre chaleur humaine.

En se faisant confiance dans les petites choses, les liens établis permettent de s’appuyer et de s’unir face à des défis plus grands. Nous avons reçu de l’aide à plus d’une occasion. Et nous avons pu dépanner dans des urgences avec les enfants, lors d’imprévus et lors de maladies et décès. 

Si l’on ne s’est jamais adressé la parole, ça demande un peu de courage la première fois. Mais, quelle différence de pouvoir ensuite se saluer en sachant que l’on pourra s’appuyer et compter les uns sur les autres en cas de besoin! Et avec l’avancement en âge, ces contacts entre voisins peuvent permettre de se sentir moins isolé, de contrer certaines inégalités et d’offrir une certaine sécurité.

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions et obtenir l’accès au Centre de ressources, abonnez-vous à notre infolettre.

Partagez ce billet!

12 commentaires

  • Je participe actuellement à un rassemblement sur l’urgence en matière d’environnement et le fait de se donner un coup de main, d’éviter d’aller au magasin pour une tasse de sucre, etc sont autant de moyens pour sauver notre planète!

    • Tu as bien raison: plusieurs actions d’entraide donnent aussi un appui à notre planète comme le covoiturage tant pour le travail que pour des sorties ponctuelles. Il est bien de reconnaître ces gestes comme des façons de changer le monde. Merci pour ce commentaire!

  • J’ai une voisine fantastique qui parfois vient marcher Baylee si je dois aller faire des commissions après le travail. Je n’abuse pas mais elle est aussi contente de me donner un coup de main.

    • Les animaux de compagnie sont à la source de plusieurs relations humaines! Et oui, c’est vrai que ça fait autant plaisir à l’autre que ça aide la personne en besoin.

  • Félicitations Julie et Michel!
    Puisque ces articles sont très interessants, comme la vie et même!
    Vivo en Valladolid, España. Estamos rodeados de pequeños pueblos, y en uno de ellos yo he pasado y mi infancia y juventud.
    Lo que vosotros habéis descrito, tan fielmente, es uno de los valores más importantes entre los vecinos de los pueblos.
    Yo estuve allí!, concrétamente en un pueblo maravilloso que se llama Paredes de Nava.
    Esta lectura me ha hecho recordar mis pequeños trabajos de bricolage que yo hacía gustosamente gratis a los vecinos, cuando se lo pedían a mis padres.
    « Dile a Javierin que me venga a arreglarme la televisión, o la cafetera, o la puerta, o….. »
    Lo recuerdo con mucha ilusión, y también por que me gustaba que luego me diesen la propina, para mis gastos.
    Otra costumbre que recuerdo con añoranza, era la de ir « ayudar a misa ». Ayudábamos al cura en la misa o en otras cosas. Eramos « monaguillos » y casi todos los chicos del pueblo lo fueron en algún momento.
    A diario se daba alguna situación en la que ayudabas a alguien o te beneficiabas de las ayuda de otros.
    Esta buena voluntad, no se ha perdido aún, pero a decir verdad….no es lo mismo.
    Salutations à vous tous et bonne continuation…

    • Merci d’avoir partagé tes souvenirs de jeunesse en Espagne. Comme quoi l’entraide est universelle!
      Maintenant, à nous et à nos enfants de perpétuer la pratique.

  • Oui nous avons toujours eu de bons voisins: quelle chance! Ici à Àcapulco, j’ai aussi retrouvé cette chaleur humaine entre les gens: nous sommes sur un terrain de camping donc proches des voisins. Cette année, nous avons acheté une voiture pour la 1ère fois depuis 18 ans: avant, je faisais toutes mes commissions en vélo, en autobus ou en taxi car ça coûte moins d’1$ pour me rendre au Walmart ou ailleurs.
    Nos voisins avaient vendu leur voiture l’an dernier et ils avaient un garage donc je leur ai demandé de stationner dans leur garage à l’ombre car il fait très chaud ici. Ça fait au moins 10 ans que nous sommes voisins et on s’emprunte des choses quand on en a besoin. Pour la voiture, je leur ai offert de l’utiliser quand ils en auraient besoin au lieu d’en acheter une autre car ils ont 80 ans et plus mais ils sont tous les deux en très grande forme. Ils ont accepté et voulaient payer l’essence et la moitié des assurances donc on se consultait si on avait affaire à prendre la voiture et les clés sont accrochées sur un mur entre nous deux. Tout fonctionne à merveille avec notre entente!
    Je les avais avertis que ma fille et mon frère venaient pour une semaine donc je prendrais la voiture plus souvent mais je payerais l’essence.
    Mon époux aime bien sa moto mais moi je suis plus craintive en moto.
    Nous avons donc économisé tous les deux! Belle aventure de partage!

    • Quels beaux exemples de relations entre voisins! Tout le monde est gagnant lorsqu’on s’entraide mutuellement. Merci d’avoir partagé votre histoire inspirante.

  • Mes beaux-parents ont acheté une souffleuse « entre voisins » (4-5), ça répartit les coûts d’achat, d’entretien et d’essence! Je trouve tellement que c’est une belle idée! Toutefois, il faut une certaine entraide/ouverture, car ce n’est pas toujours à la famille entreposant l’équipement à manier la souffleuse et dégager toutes les entrées! Une belle idée qui devrait être davantage répandue selon moi! De mon côté, à plus petite échelle, j’aime bien acheter des articles dans les magasins en grande quantité (pour ne pas nommer le géant!) et je propose à une amie également maman si elle veut une portion du contenant/lot (emballage de croissants congelés, paquet de barres tendres (je me permets donc d’acheter plus de variétés!), caisse de concombres, etc.). J’aime beaucoup vous lire, vous êtes une belle source d’inspiration! Bonne poursuite!

    • Merci pour ces beaux exemples de partage et de solutions trouvées entre voisins. C’est certain que les attentes doivent être claires mais même avec quelques accrochages, c’est encore généralement positif. Et oui, pas besoin d’être un gros projet. J’aime bien vos exemples avec la nourriture. Merci pour les mots gentils!

  • Je croyais avoir tout prévu pour faire mes galettes de Noël…..surtout qu’on n’a plus d’épicerie dans mon village depuis un certain temps. Ben non….j’avais bien tous les ingrédients…..mais pas de papier parchemin. Au lieu de faire 30 minutes de voiture pour aller acheter ce qui me manquait pour commencer mes recettes….j’ai envoyé mon mari chez les voisins. J’ai ainsi économisé de l’essence et du temps. Ils auront donc une belle boîte de biscuits variés pour les fêtes…. pour leur grand plaisir….car ils sont de véritables « bibittes à sucre. ». Oui, c’est vraiment une pratique où on est tous gagnants! Joyeuses fêtes à vous!

    • Ah, quel bel exemple du partage entre voisins! Recevoir des gâteries faites par d’autres, ça fait toujours plaisir. Un merveilleux temps des fêtes à vous aussi!

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.