Visible, invisible: l’art de cacher le barda

V

Ça vous est déjà arrivé de recevoir de la visite et que tout semblait propre et rangé à leurs yeux?  Vous maintenez peut-être cette illusion au quotidien. Mais s’il fallait que cette même visite ouvre une porte d’armoire, un tiroir, un placard, ou la chambre dont la porte est toujours fermée, est-ce que la vérité leur tomberait dessus?

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Invisible par CANO

Le secret

Une amie me racontait que chez ses beaux-parents, les meubles antiques étaient mis en valeur dans toutes les pièces. Tout semblait parfait jusqu’au jour où elle prit connaissance que des piles de revues, journaux et d’objets se cachaient sous tous les meubles. Les placards étaient pleins à craquer. Pour faire la réparation d’un robinet, il avait fallu retirer des sacs et des sacs remplis d’échantillons de parfums entreposés sous le lavabo. Vous voyez un peu l’image.

Les apparences sont parfois trompeuses pour les visiteurs, mais jamais pour les personnes qui vivent avec le fouillis. Elles n’oublient pas leur secret. Tout doit être contrôlé afin de maintenir l’illusion. Et lorsqu’il n’y a plus de cachettes, c’est une pièce entière qui devient la salle à débarras.

Cette situation illustre le conflit entre le désir d’être à l’aise et ordonné et le besoin de posséder et garder des objets, papiers, bibelots, et ainsi de suite. Vous vous reconnaissez peut-être? Bravo d’avoir maintenu l’illusion de l’habitation rangée! Mais, l’invisible aux yeux des autres pèse sûrement dans votre quotidien. Si vous n’arrivez plus à trouver de la place pour ranger vos avoirs, il est peut-être temps de questionner leur quantité et de se défaire de ce qui n’a pas ou plus de valeur à vos yeux.

Femme invisible devant bibliothèque avec citation : Les apparences sont parfois trompeuses pour les visiteurs, mais jamais pour les personnes qui vivent avec le fouillis.
Photo : Renato Pozaić

Piste pour doucement entamer un changement 

Nous vous invitons à commencer en portant un regard critique sur des objets dont la durée de vie est éphémère mais qui s’accumulent facilement : des magazines d’années passées (peut-être des revues National Geographic)? Des catalogues désuets? Des bottins téléphoniques? Des journaux? Des cartes de souhaits? Des calendriers?  

Les publications de ce genre ne méritent pas d’être gardées puisque le contenu devient désuet en moins d’une année. Allez-y, remplissez votre bac de recyclage et respirez un peu plus librement. À la longue, vous n’aurez plus ce secret.


Autre lecture : notre billet sur l’accumulation compulsive.

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

2 commentaires

  • What a great article; it really touches on a subject that has been ignored or hidden. lol. So true. Would you suggest for these people to avoid furniture that has drawers etc so they can see the mess since they seem to keep things clean on the surface?

    • Je n’avais pas pensé à ta suggestion comme solution: moins il y a d’endroits fermés, moins il y aura de barda.

      Il me semble plus simple d’adresser le problème un petit pas à la fois que de changer ses meubles.

      À la fin, seule la personne qui doit vivre avec son secret et son malaise pourra l’adresser réellement.

Avez-vous lu?