La peur de recevoir des gens chez soi

Il m’est arrivé d’entendre des gens dire qu’ils ne recevaient jamais chez eux. Pas d’amis. Pas de famille. Même pas les livreurs! Pourquoi? La peur de recevoir. La peur du jugement, du regard de l’autre.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Anne Müller – Walzer Für Robert

Faire confiance aux gens

Lorsque nous laissons entrer des gens dans notre demeure, nous laissons voir un côté personnel et nous devenons ainsi vulnérables. 

C’est aussi un signe de confiance; on s’attend à ce que notre intimité ne soit pas partagée ou discutée avec d’autres. De fait, les liens qui nous unissaient assez pour laisser entrevoir notre façon de vivre devraient se raffermir.

C’est normal d’hésiter à laisser entrer chez soi des étrangers ou de nouvelles connaissances. Cependant, il est plus difficile de justifier d’éviter de rencontrer notre famille et nos amis à la maison.

Accepter qu’il y ait toujours de l’amélioration possible

Parfois, on se dit que si seulement ceci ou cela était réparé, remplacé, nettoyé… on serait plus à l’aise pour recevoir. Qu’on se le dise : il y aura toujours quelque chose qui nous tracassera. Il ne faut pas laisser cela arrêter les rencontres. Ce qui semble terrible à vos yeux ne sera probablement même pas remarqué par vos visiteurs, ou du moins, ne les dérangera pas. Quand vous allez chez quelqu’un, c’est probablement la conversation, les échanges, les rires et les confidences qui retiennent votre attention; ce n’est pas le linge à plier, les piles de papier sur le comptoir ou la vaisselle sale qui traîne. 

Avoir un plan pour être plus à l’aise de recevoir

Supposons que vous avez de fortes inquiétudes par rapport à votre demeure. En ayant un plan en place, la situation ne pourra que s’améliorer. Il faut tout d’abord éviter d’empirer la situation en prenant conscience de ses mauvaises habitudes. Par la suite, choisir une petite section d’une pièce pour la dégager et la rendre plus acceptable à vos yeux. Vous pourriez choisir l’entrée et suivre les conseils proposés dans notre billet Entrez! La première impression de votre demeure

Si vous avez un bon ami ou membre de la famille avec qui vous vous adonnez particulièrement, il est possible qu’en lui confiant votre malaise il soit prêt à vous donner un coup de main. Par exemple, l’ami peut mettre dans les sacs ce que vous identifiez à jeter ou à donner et s’assurer de les sortir de votre demeure. Un peu de soutien moral donnera de l’élan à votre projet de désencombrement. 

Citation relative à la peur de recevoir: C’est avec vous que les gens veulent entretenir des liens, et non avec votre demeure. Arrière-plan: Gros plan sur le mur glacé d’une maison grise.

Prévoir une visite moins intimidante

Si cela fait longtemps que vous n’avez pas eu des gens dans votre demeure, commencez par inviter quelqu’un en qui vous avez davantage confiance ou qui semble plus ouvert (ou qui en a vu d’autres). Ce peut être votre enfant qui invite un ami, vous qui laissez entrer le livreur pendant que vous signez pour une livraison, ou simplement un bon ami ou parent. C’est plus facile de laisser entrer une ou deux personnes que toute la parenté d’un coup lorsque l’on n’a pas reçu depuis longtemps. Les gens veulent entretenir des liens avec vous, et non avec votre demeure.

C’est vraiment grave chez moi!

Si ce sous-titre résume votre pensée, vous pouvez lire ou relire notre billet sur le trouble d’accumulation compulsif, et regarder les photos qui présentent les différents degrés d’accumulateur. Des ressources y sont présentées pour ceux qui éprouvent de tels symptômes. Il y a fort à parier que votre conclusion sera « Quand je me regarde, je me désole; quand je me compare, je me console! » 

Enfin, je vous invite à faire confiance à votre entourage. En lançant une invitation, vous ressentirez peut-être un instant de panique, mais aussi une dose d’énergie qui vous permettra de rendre votre demeure plus accueillante à vos yeux. Car à la fin, rappelez-vous bien que vous vous jugez beaucoup plus durement que quiconque le fera.


Quelques autres trucs :

6 astuces piquées aux gens qui reçoivent souvent chez eux

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

3 commentaires

  • Bons points à retenir… à l’aube des soupers de famille qui s’annoncent avec le week-end d’Action de grâce . Je réalise que je m’excuse souvent auprès de mes invités de ne pas avoir eu le temps de faire ceci ou cela. Tout ce que je fais à ce moment-là, c’est précisément d’attirer leur attention à un endroit qu’ils n’auraient probablement pas remarqué de toute façon. « Regarde pas l’ménage», c’est bien moi qui dirait ça. Je dois me conscientiser et apprécier davantage le moment et bonnes rencontres! J’en profite aussi pour vous remercier de nous nourrir régulièrement de bons conseils qui ajoutent à nos vies…

  • J’ai ce problème et ça m’énerve. Le fait est que la première fois que j’ai invité une amie dans mon apart, on s’est disputé, elle a passé son temps à me critiquer par la suite, me dire que je n’acceuillais pas bien, sois-disant ce que je pouvais faire pour m’améliorer etc…Je me suis rendue compte qu’elle m’a mentie depuis le début de notre relation et quelle ne m’aimait pas. J’étais trés nerveuse ce jour-là, je sais que je n’étais pas parfaite non plus, mais je ne méritais pas ce qu’elle m’a fait subir. J’ai de nouvelles amies maintenant, mais j’ai toujours ce problème pour inviter quelqu’un chez moi j’hésite et j’ai peur (comme vous pouvez le lire, avec raison). J’ai l’impression de tout gâcher et pire je ne passe pas un bon moment du tout (je préfère quand on se voit dehors ou dans un café).

    • Bonjour Alina, Je suis désolée que vous ayez vécu une telle expérience. Cependant, elle vous a permis d’identifier une relation toxique. Bravo à vous d’en avoir pris conscience. Ce n’est pas facile de faire confiance à d’autres par la suite, mais vous avez sûrement de meilleures amies. Vous pouvez toujours parler à l’une d’elle de votre expérience passée, et lui faire part de vos peurs de l’inviter. Vous pourrez prendre une décision plus facilement par la suite. Parfois, se rendre vulnérable à nouveau, c’est enlever tout le pouvoir exercé par la première personne. Bon succès dans la suite des choses.

Avez-vous lu?

Abonnez-vous à l’infolettre et…

Abonnez-vous
à l'infolettre

Abonnez-vous
à l'infolettre

Recevez l'infographie 15 minutes en mode débarras. Sablier.