Un passé antérieur: les boîtes de souvenirs

U

Dans tout effort de désencombrement, les objets à valeur sentimentale posent souvent un défi. Dans cette catégorie, on retrouve, entre autres, les souvenirs de voyage, des enfants, de notre jeunesse, etc. Dans ce billet, je vais parler plus spécifiquement des tiroirs ou boîtes de souvenirs dans lesquels on accumule des papiers et objets de diverses étapes de notre vie personnelle. On ne traitera donc pas des souvenirs de notre progéniture ni des bibelots qui sont exposés dans la maison.

Musique à écouter pendant ou après la lecture de ce billet (il se peut que l’écoute simultanée ne soit pas possible): Estonian Lullaby (berceuse estonienne) composée par Arvo Pärt pour, et jouée au violon par, Anne Akiko Meyers

J’ai récemment réduit le contenu de mes boîtes de souvenirs et, au cas où ça puisse vous paraître utile, je partage quelques idées.

Pourquoi dépoussiérer ses boîtes de souvenirs?

Dans un esprit minimaliste, on ne veut pas accumuler sans cesse et tout garder. Cela s’applique aux documents, cartes, et autres bidules que l’on a dans des tiroirs de classeurs ou des cartons parce que :

  • L’espace pourrait servir à autre chose. 
  • Il vaut mieux élaguer de façon périodique qu’attendre le jour où l’on emménage dans un plus petit logement. Cela va rendre le déménagement plus facile et éviter de se retrouver avec des caisses à côté de son lit.
  • Des boîtes de souvenirs bien triées peuvent mener à des idées de cadeaux… on s’en reparle ci-dessous.

Le temps fait bien les choses

Mes boîtes de souvenirs contenaient une petite collection de cartes de baseball, des travaux scolaires du primaire jusqu’à l’université, des échantillons de documents effectués dans plusieurs de mes emplois et projets bénévoles, des cartes de souhaits, des billets de métro, des autographes, des mots doux de Julie, des photos, etc.

Par où commencer? Le truc n’est pas d’effectuer un tri final, mais plutôt revisiter nos traces accumulées du passé de façon périodique, comme aux trois ou quatre ans.

À mesure que votre vie évolue, vous vous rendez compte que certaines choses perdent de leur valeur. Par exemple, vous avez conservé des notes de cours de l’école en pensant qu’elles pourraient servir au collège ou à l’université. Le postsecondaire terminé, il peut être opportun de se défaire de la plupart de ces notes, pour les remplacer par celles de l’université qui deviendront peut-être pratiques dans votre emploi.

Après quelques années au travail, vous vous rendez compte que ce n’est pas si utile après tout; il est temps de s’en départir (et de la plupart des manuels si ce n’est pas déjà fait). Mais rien n’empêche de conserver quelques ouvrages d’école s’ils évoquent des moments satisfaisants.

De même, si vous trouvez des bibelots dont vous ne vous rappelez pas de la provenance ou de la signification, il est probablement l’heure de vous en débarrasser. La mémoire est une faculté qui oublie; c’est un atout pour le désencombrement.

Les bons souvenirs

Comme je l’ai mentionné, j’étais porté à conserver plusieurs exemples du travail accompli pendant mes emplois : publications, publicités, rapports dont j’étais fier. Avec un peu de recul, un premier tri facile est d’éliminer ce qui rappelle du stress. Ensuite, des choses que l’on gardait « au cas où » après notre départ. (C’est certain qu’ils ne pourront pas continuer sans mon aide et que je vais recevoir des questions sur ce projet. Pourtant, après 10 ans, il y a de peu de chance que votre successeur vous appelle.) 

Donc on effectue un tri afin de ne conserver que ce qui rappelle de bons moments.

Citation relative aux boîtes de souvenirs: La mémoire est une faculté qui oublie; c’est un atout pour le désencombrement. Arrière-plan: rampes à l’intérieur du Musée canadien pour les droits de la personne.

Se fixer un objectif

Un truc: se fixer un objectif quand l’on revisite nos souvenirs. Par exemple, j’avais besoin de créer de la place dans une armoire, alors j’ai opté pour l’élimination d’une boîte. Ce fut réussi, avec, en prime, une nouvelle pile de papier brouillon pour l’imprimante.

Pour épargner de l’espace tout en conservant des souvenirs, vous pouvez numériser des documents ou de vieilles photos, ou prendre en photos des trophées ou autres objets encombrants.

Les collections

J’avais oublié mes cartes de baseball (ça ne devait pas avoir un gros impact dans ma vie). Avec un peu de recherche sur des sites spécialisés, j’ai pu constater que ma petite collection ne contenait pas de cartes à valeur mirobolante. J’ai donc décidé de m’en départir.

Par contre, je ne me trouve pas encore prêt à me défaire de ma collection des macarons (ceux que l’on porte à la boutonnière, pas ceux que l’on mange) des premières années du Festival franco-ontarien. Elle n’a probablement pas de valeur, mais me rappelle de bons souvenirs et prend peu de place.

J’ai aussi trouvé quelques d’autographes sur des bouts de papier, mais je n’ai aucune idée qui les a signées. Ma carrière de chasseur d’autographes étant donc un cuisant échec… au recyclage!

Idées de cadeaux

Deux idées de cadeaux nous viennent de nos parents.

Le père de Julie avait confectionné pour chacun de ses petits-enfants un coffre en bois. Offrir à des enfants une telle boîte à souvenirs leur donne un endroit pour placer leurs trésors et, en même temps, crée la notion d’un espace limité pour ceux-ci. Elle va éventuellement déborder dans d’autres boîtes et le grand cycle de la vie (des souvenirs) recommencera.

Deux boîtes à souvenirs en bois.

Ma mère, ayant accès aux boîtes de souvenirs de mon père, a retiré des photos et documents pour que la famille lui assemble en surprise un livre photo illustrant sa carrière. Si vous n’avez pas cet accès direct, vous pouvez quand même offrir de réaliser un tel livre.

Si vous préférez, de petites entreprises peuvent préparer cela pour vous : livres souvenirs, vidéos, entrevues, etc. Une amie a produit pour d’autres des livres de familles (généalogie et photos).


Comme dans vos autres efforts de désencombrement, vous ressentirez le plaisir d’avoir créé un peu d’espace dans votre vie et d’avoir sorti de la maison des choses qui n’apportaient plus de joie, et vous vous serez remémoré de bons souvenirs en le réalisant. On recommence dans quelques années!

Ressources:

Comment créer un album souvenir

Notre billet Comment se départir d’une collection (intentionnelle ou accidentelle)

Pour rester à l’affût des nouvelles parutions, inscrivez-vous au bas de cette page ou sur la page Infolettre.

Partagez ce billet!

4 commentaires

  • Salut Julie et Michel,

    J’apprécie beaucoup vos bonnes idées et trucs du désencombrement!
    Récemment j’ai pensé à vendre des bijoux même s’ils me tiennent à cœur!
    Il y a une compagnie qui s’appelle LK Jewellery qui achète de l’or, argent sur toutes ses formes.
    Avez vous déjà entendu de cette compagnie?
    En tout cas vaut mieux s’en défaire que d’être rattaché au passé…
    Bonne action de Grâce vous deux 🤗🍁🍁🥰
    Patricia

    • Bonjour Patricia,

      Merci pour les bons mots! Notre impression est que des compagnies itinérantes comme LK Jewelery sont un service pratique, mais, en contrepartie, offrent probablement moins pour des bijoux qu’un bijoutier. Certaines entreprises affichent sur leur site web le montant qu’ils vont payer pour l’or, ce qui permet de comparer et d’éviter les surprises. En voici un exemple à Ottawa: https://www.goldlobby.ca

      Bonne chance et bonne Action de grâce à toi aussi!

Avez-vous lu?